Kenya : Raila Odinga annonce l’annulation des manifestations prévues cette semaine

Par Jeune Afrique avec AFP

Un supporter de Raila Odinga dans les rues de Kisumi, le 13 octobre 2017. © AP/SIPA

L’opposition kényane a annoncé mardi la suspension des manifestations prévues aujourd’hui dans le pays, afin d’honorer la mémoire des personnes tuées par balles ces derniers jours.

« En l’honneur des victimes innocentes de l’État, nos manifestations vont être suspendues, a déclaré dans un communiqué le leader de l’opposition Raila Odinga. Ce vendredi, nous allons honorer la mémoire des victimes de ce combat pour la justice électorale. » Ces trois dernières semaines ont été rythmées par les manifestations de l’opposition. Dans leur viseur : la Commission électorale (IEBC), jugée incapable d’organiser une élection crédible le 26 octobre.

Le gouvernement a décidé le 12 octobre d’interdire ces manifestations dans les centres d’affaires de Nairobi, Mombasa et Kisumu. Une mesure prise « en raison de la menace claire, présente et imminente de troubles à l’ordre public ». Ce qui n’a pas empêché l’opposition de braver l’interdiction, donnant lieu à une brutale répression policière.

Afin de disperser la foule, les policiers ont parfois fait usage de tirs à balle réelle, tuant ainsi un étudiant de 18 ans lundi à Kisumi (dans l’ouest du pays), selon plusieurs témoins. Un drame qui s’ajoute à la mort vendredi de deux manifestants tués selon des témoins par des balles de la police à Bondo, ville d’origine de Raila Odinga.

« S’occuper des partisans brutalisés »

Des manifestations quotidiennes étaient prévues à partir de lundi. Mais l’opposition les avait initialement suspendues pour la seule journée de mardi afin de « s’occuper de ses partisans qui ont été brutalisés et blessés (par la police) et des familles qui ont perdu des êtres chers  ».

La Cour suprême a invalidé le 1er septembre la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta à l’élection présidentielle du 8 août, face à Raila Odinga, pour des irrégularités dans la transmission des résultats, et accablé l’IEBC pour sa gestion du scrutin.

Raila Odinga a annoncé qu’il ne prendrait pas part à la présidentielle du 26 octobre. Il estime que son retrait devrait entraîner l’annulation du scrutin et l’organisation d’un tout nouveau processus électoral. Une solution aussitôt rejetée par Uhuru Kenyatta.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici