RDC : les corps de 26 victimes des rebelles ougandais retrouvés

Par Jeune Afrique avec AFP

Image mise à disposition par la Monusco présentant des Casques bleu du Guatemala en opération à Sake, dans le Nord-Kivu, le 5 juillet 2017. © Photo : MONUSCO

Les autorités congolaises ont découvert 26 corps ce 15 octobre dans le territoire de Beni. Selon l'armée congolaise, il s'agirait de personnes tuées le 7 octobre dans une attaque attribuée aux rebelles musulmans ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF).

« Nous sommes arrivés au PK40 ce dimanche 15  octobre où nous avons trouvé 26 corps en état de décomposition dont une femme et un militaire congolais et 21 motos brûlées, explique l’officier Mak Hazukai, porte-parole de l’armée dans le territoire de Beni, l’une des divisions de la province du Nord-Kivu.

Une équipe de la protection civile a ensuite procédé à l’inhumation de ces corps, qui sont ceux ceux des personnes tombées dans l’embuscade des rebelles ougandais de l’ADF la semaine dernière, selon l’armée congolaise.

Attaque de taxis-motos

Les ADF sont accusés d’avoir attaqué le 7 octobre des taxis-motos sur la route entre Kamango et Mbau. Deux jours plus tard, deux Casques bleus de la Mission des Nations unies (Monusco) ont été tués dans la même région dans une attaque attribuée aux mêmes ADF.

Rebelles islamistes ougandais présents dans l’est de la RDC depuis 1995, les ADF sont accusés par le gouvernement congolais et la Mission de l’ONU en RDC (Monusco) d’être responsables de tueries qui ont fait plus de 700 morts dans la région de Beni depuis octobre 2014.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici