Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev fait le plein de conventions au Maroc

Dmitri Medvedev, à gauche, lors de sa visite officielle à Rabat, le 11 octobre. © Abdeljalil Bounhar/AP/SIPA

Pour renforcer des relations commerciales qui s’intensifient depuis quelques années, le Premier ministre russe a effectué une visite de travail de deux jours dans le royaume, au cours de laquelle onze accords de partenariat ont été signés, notamment dans les domaines de l'énergie et de l'agriculture, mais aussi sur le plan militaire.

Après avoir été, le 10 octobre, reçu par le président algérien Abdelaziz Bouteflika, le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, a poursuivi son périple maghrébin au Maroc, les 11 et 12 octobre.

Entre un déjeuner officiel, la visite du Mausolée Mohammed-V, la remise d’un doctorat honoris causa et des entretiens en tête à tête, le chef du gouvernement russe a profité de cette visite pour conclure une série d’accords avec son homologue marocain, Saadeddine El Othmani.

Onze accords ont ainsi été signés, en marge de la 6e haute commission mixte maroco-russe présidée par les deux chefs de gouvernement. Outre une convention portant sur la coopération militaire, ont été validés un mémorandum d’entente entre le Centre national de l’énergie, des sciences et techniques nucléaires (CNESTEN) et le Réseau Rosatom relatif à l’usage pacifique de l’énergie nucléaire, des conventions douanières, des accords sur des échanges de statistiques commerciales ainsi que de spartenariats dans les domaines industriel, énergétique et agricole.

Des échanges dopés par l’embargo européen et américain

Dans le secteur énergétique, deux mémorandums d’entente en matière d’efficacité énergétique et d’énergie renouvelable ont été signés. Il s’agit notamment de la création d’une infrastructure permettant de regazifier du gaz naturel en provenance de Russie.

Ce projet devrait être une composante du complexe gazier de Jorf Lasfar, qui s’inscrit dans le cadre du plan « Gaz to power » qui prévoit d’augmenter la part du GPL dans le mix énergétique  marocain. Il y a à peine quelques semaines d’ailleurs, le ministre russe de l’Énergie, Alexandre Novak, avait fait le déplacement au Maroc avec les géants Gazprom et Novatek pour négocier des contrats de gaz naturel liquéfié au royaume.

En ce qui concerne l’agriculture, la convention signée vise à consolider les relations entre les deux pays, le Maroc étant devenu en 2016 l’un des principaux fournisseurs d’agrumes et de tomates pour la Russie, après l’embargo imposé à Moscou par les États-Unis et l’Union européenne. Conséquence, les échanges commerciaux entre le Maroc et la Russie ont enregistré une hausse de près de 30 % et dépassé, fin 2016, la barre des 2,5 milliards de dollars (2,3 milliards d’euros).

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici