Kenya : les huit candidats à la présidentielle d’août pourront se représenter

Par Jeune Afrique avec AFP

Des partisans de Raila Odinga le 11 octobre 2017, à Nairobi, au Kenya. © Sayyid Abdul Azim/AP/SIPA

La Commission électorale kényane a annoncé que les huit candidats en lice lors de l'élection présidentielle du 8 août, invalidée par la justice, peuvent se représenter au scrutin du 26 octobre.

À la suite de l’invalidation par la Cour suprême du Kenya des résultats proclamant la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta, la Commission électorale (IEBC) avait convoqué une nouvelle élection, fixée au 26 octobre, entre Uhuru Kenyatta et l’opposant Raila Odinga. À eux deux, ils avaient raflé la quasi-totalité des voix.

​Mais hier, mercredi 11 octobre, saisie par un des six autres candidats de l’élection du 8 août, la Haute cour de Nairobi a jugé que tous les candidats du premier scrutin devaient pouvoir, s’ils le souhaitent, se représenter à ce nouveau scrutin.

Retrait surprise d’Odinga

La veille, Raila Odinga avait annoncé son retrait de l’élection du 26 octobre, estimant que les conditions n’étaient pas réunies pour garantir un scrutin libre et équitable.

Selon l’opposition, qui se fonde sur une analyse de la jurisprudence, cette décision devrait automatiquement conduire à l’annulation de l’élection du 26 octobre et à l’organisation d’un nouveau processus électoral à une date ultérieure.

Sauf que la Commission électorale a précisé que Raila Odinga ne lui avaient pas transmis le formulaire nécessaire pour pouvoir entériner son retrait.

On ignore toujours si l’éventuelle officialisation du retrait de Raila Odinga, telle que préconisée par l’IEBC, conduira à une annulation du scrutin du 26 octobre comme le soutient l’opposition, ou si l’élection se tiendra quand même, en son absence.