Palestine : le Hamas et le Fatah ont trouvé un accord au Caire

Par Jeune Afrique avec AFP

Des Palestiniens célèbrent la réconciliation entre le Hamas et le Fatah en Égypte, le 12 octobre 2017 à Gaza. © Khalil Hamra/AP/SIPA

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas se rendra « dans moins d'un mois » dans la bande de Gaza. Le Hamas et son rival palestinien du Fatah ont annoncé jeudi un premier accord sur les termes concrets de leur réconciliation après deux jours de discussions menées à huis clos au Caire, en Égypte.

Suite à des pourparlers sur les détails concrets du rapprochement entre les deux rivaux palestiniens, le Fatah et le Hamas, les deux parties ont annoncé jeudi un premier accord au Caire.

Le président palestinien Mahmoud Abbas se rendra à Gaza « dans moins d’un mois », pour la première fois depuis dix ans,  a déclaré Zakaria al-Agha, chef du parti Fatah de Abbas dans la bande de Gaza. Il devrait aussi, « très bientôt », lever les mesures financières prises en 2017 pour forcer le Hamas à la conciliation.

Autre avancée de la réconciliation annoncée : 3 000 policiers de l’Autorité palestinienne – présidée par Mahmoud Abbas – vont être déployés dans la bande de Gaza et aux frontières avec Israël et l’Égypte, a indiqué un haut responsable impliqué dans les tractations.

Toutefois, des questions aussi épineuses que le contrôle de la sécurité dans la bande de Gaza et le sort des 25 000 hommes du bras armé du Hamas risquent d’être remises à plus tard.

Quasi-guerre civile en 2007

Le Hamas gouverne la bande de Gaza sans partage depuis qu’il en a évincé l’Autorité palestinienne au prix d’une quasi-guerre civile avec le Fatah en 2007. L’Autorité palestinienne, entité internationalement reconnue supposée préfigurer un État palestinien indépendant, est dominée par le Fatah, parti laïc et modéré.

Mais l’Autorité palestionienne n’exerce plus son pouvoir, limité, que sur la Cisjordanie, occupée par Israël et distante de Gaza de quelques dizaines de kilomètres. Sous pression, le Hamas a accepté en septembre le retour à Gaza de l’Autorité et de son gouvernement.