RDC : les camions amphibies de la Croix-Rouge font le buzz sur les réseaux sociaux

route_rdc © Twitter / ICRC

Postée par le Comité international de la Croix-Rouge (ICRC), cette vidéo montre plusieurs camions en train de s’élancer dans une route particulièrement risquée, en République démocratique du Congo.

La route est boueuse et gorgée d’eau. Le résultat des pluies diluviennes qui se sont récemment abattues dans la province tourmentée du Nord-Kivu (nord-est de la RDC). Un premier camion s’élance à bride abattue, se noyant à moitié sous les eaux, suivie par deux autres poids lourds tractés par un simple câble. Une manoeuvre périlleuse, mais parfaitement réalisée par le conducteur.

Postée le 7 octobre, cette vidéo du Comité international de la Croix-Rouge a immédiatement fait le buzz sur Twitter, avec plus de 4 300 retweets. Idem sur la page Facebook du ICRC, où les internautes n’ont pas manqué de saluer la performance du chauffeur et le courage des volontaires.

 

« Plusieurs semaines pour parcourir 320 km »

Le convoi en question acheminait du matériel de construction à destination de Walikale, une ville de plus de 600 000 habitants, pour y édifier un réservoir d’eau. À la mi-août, l’état des routes avait eu raison d’une précédente mission, obligeant le ICRC à abandonner ses camions. Ces derniers ont pu être récupérés et tractés à l’aide du câble visible sur la vidéo. Bien que le matériel ait été en partie endommagé, la construction du réservoir a pu débuter, assure la Croix-Rouge.

« Cela nous a pris des semaines pour parcourir seulement 320 km, a indiqué à Jeune Afrique un porte-parole du ICRC. Cette vidéo montre que nous faisons face à de nombreux problèmes pour acheminer l’aide, qui ne sont pas uniquement dues au conflit armé en cours dans la région. »

En RDC, la question des infrastructures routières fait régulièrement polémique. Leur réfection faisait partie des « Cinq chantiers » promis par le président Joseph Kabila, lors de la campagne présidentielle de 2006. Réélu en 2011, il avait promis à son peuple « la révolution de la modernité ». Au regard de ces images, ces deux programmes s’apparentent davantage à des slogans de campagne qu’à la réalité.