« Vampires » au Malawi : le président Mutharika exhorte ses compatriotes à ne pas se faire justice eux-mêmes

Par Jeune Afrique avec AFP

Le Président du Malaxi Peter Mutharika © J. Scott Applewhite/AP/SIPA

Le président du Malawi Peter Mutharika a promis le 10 octobre de régler le problème des groupes d'autodéfense qui ont récemment tué sept personnes soupçonnées d'avoir bu ou tenté de boire du sang humain lors de cérémonies de magie noire.

Depuis le mois dernier, sept « vampires » ont été battus à mort par des foules en colère lors de plusieurs incidents survenus près de Blantyre, dans le sud du Malawi. Ces personnes étaient accusées d’avoir bu ou tenté de boire du sang humain lors de cérémonies de magie noire.

La dernière victime a été tuée le 9 octobre dans le district de Thyolo, la région de naissance du président Peter Mutharika. Décrit comme mentalement retardé, l’homme a été surpris alors qu’il vagabondait à la nuit tombée dans un village. Un groupe d’autodéfense l’a tué en l’accusant d’être en quête de victimes.

« Nous avons lancé une large enquête pour régler cette affaire », a déclaré le président du Malawi le 10 octobre. Peter Mutharika s’est par ailleurs dit « profondément ému » que certaines personnes puissent être tuées parce que « soupçonnées d’être impliquées dans des incidents de vampirisme » et a dénoncé ces « exemples très perturbants de justice populaire».

Situation « instable »

Peter Mutharika a également exhorté ses compatriotes à « rester calmes pendant que le gouvernement travaille à résoudre ces affaires et à ne pas rendre eux-mêmes la justice ».

Les autorités locales ont imposé un couvre-feu dans quatre districts du sud du Malawi où se sont produits ces incidents. Dans un rapport du 6 octobre, l’antenne de l’ONU au Malawi décrit une situation « toujours instable et volatile » dans cette partie du pays. Elle y a suspendu ses missions jusqu’à ce que la situation revienne à la normale.

Selon ce document, une partie de la population de ces régions est persuadée de la présence de « vampires » venus du Mozambique voisin pour collecter du sang humain sous couvert de programmes d’aide aux populations.

L’existence de vampires fait l’objet de rumeurs et d’incidents récurrents au Malawi, petit pays d’Afrique australe où les croyances traditionnelles restent très ancrées dans la population.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici