Le Niger enterre ses quatre soldats tués mercredi à la frontière avec le Mali

Par Jeune Afrique avec AFP

Le pont sur le fleuve Niger à Niamey. © Vincent Fournier/J.A.

Les quatre militaires nigériens tués dans une embuscade d'un groupe jihadiste à la frontière avec le Mali qui a aussi coûté la vie à quatre soldats américains, ont été inhumés le 7 octobre à Niamey, la capitale.

Le ministre nigérien de la Défense, Kalla Moutari, des membres du gouvernement, et Eunice Reddick, l’ambassadrice des Etats Unis, ont assisté le 7 octobre à la levée des corps à la morgue de Niamey, la capitale.

Visages tristes, yeux larmoyants, les veuves, enfants et proches des soldats tués le 4 octobre dernier ont également pris part à la cérémonie. Les défunts, trois soldats et un gendarme, ont ensuite été enterrés au cimetière de la ville.

Lors des oraisons funèbres, des militaires ont rendu hommage à leurs camarades morts en mission commandée et ont salué « leur dynamisme et leur bravoure dans la lutte contre les terroristes ».

« Sacrifice »

« Nous ne vous oublierons jamais, la Nation toute entière exprime sa plus grande reconnaissance pour le sacrifice consenti », ont-ils déclaré.

Une patrouille conjointe américano-nigérienne opérant dans la région de Tillabéri, dans le sud-ouest du pays, est tombée le 4 octobre dans un guet-apens tendu par des « terroristes» à hauteur du village de Tongo Tongo, situé à une centaine de kilomètres de Niamey.

Quatre militaires nigériens ont été tués et huit blessés aux côtés d’éléments des forces spéciales américaines, qui ont également perdu quatre hommes dans cette embuscade visiblement très bien préparée, à la frontière avec le Mali.

Au lendemain de l’attaque, le président nigérien Mahamadou Issoufou a convoqué une réunion extraordinaire du Conseil national de sécurité (CNS) pour évaluer le dispositif sécuritaire puis s’est entretenu avec l’ambassadrice des Etats-Unis.

Le 6 octobre, Niamey a également décrété trois jours de deuil national à la mémoire des soldats disparus.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici