Libye : plus de 3 000 migrants arrêtés à Sabratha

Par Jeune Afrique avec AFP

Les ruines romaines de Sabratha, en Libye. © AP/Sipa

Après des semaines d'affrontements meurtriers, plus de 3 000 migrants ont été interpellés le 7 octobre à Sabratha, ville libyenne devenue le principal point de départ de l'immigration clandestine.

« Nous avons arrêté 3150 migrants clandestins de différentes nationalités asiatiques, arabes et africaines », a indiqué le 7 octobre Bassem Ghrabli, commandant d’une force de sécurité loyale au gouvernement libyen d’union nationale (GNA).

Cette force avait annoncé la veille avoir chassé une milice dirigée par un ancien baron local du trafic de migrants de la ville.

Depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi, Sabratha est devenue le principal point de départ de l’immigration clandestine, les passeurs y profitant du vide sécuritaire et d’une impunité totale.

Certains barons du trafic contrôlaient des pans entiers de la ville d’où partaient chaque jour des dizaines d’embarcations chargées de migrants.

Site archéologique menacé

Les combats qui ont fait rage dans cette ville côtière et qui ont fait 39 morts et 300 blessés n’ont pas épargné les écoles, les hôpitaux mais aussi la cité antique.

Déjà en juillet 2016, le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO avait tiré la sonnette d’alarme en inscrivant les cinq sites libyens du patrimoine mondial sur la « liste des sites en péril » à cause de leur proximité des zones de combats.

Les violences à Sabratha s’inscrivent dans le cadre d’une lutte d’influence entre groupes armés pour le contrôle de la ville.

Depuis la chute de Kadhafi, la Libye est livrée aux milices alors que deux autorités se disputent le pouvoir : d’un côté, le GNA reconnu par la communauté internationale et basé à Tripoli. De l’autre, une autorité exerçant son pouvoir dans l’est du pays avec le soutien du maréchal controversé Khalifa Haftar.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici