Fermer

Migrants : l’Europe se félicite de la baisse du nombre de départs depuis la Libye

Par Jeune Afrique avec AFP

Des militaires allemands engagés en Méditerranée dans l'opération européenne Sophia abordent un bateau de migrants, en mars 2016. © Matthias Schrader/AP/SIPA

Le nombre des migrants partis de Libye pour rallier l'Europe a baissé de 20% en 2017, affirme le commandant de l'opération européenne Sophia, chargée de lutter contre les passeurs.

« Nous avons constaté une baisse du nombre de personnes quittant la Libye pour l’Europe cette année, de l’ordre de 20% » jusqu’à présent par rapport à la même période de 2016, a déclaré Enrico Credendino, commandant de la force navale européenne en Méditerranée (Sophia), le 5 octobre à Tunis.

Cet été, la diminution a atteint 75% par rapport à la même période en 2016. Le nombre des migrants clandestins décédés en mer a également baissé, surtout pendant l’été avec un recul de 60%.

D’après Enrico Credendino, cette baisse s’explique notamment par le soutien apporté aux gardes-côtes libyens, qui ont reçu quatre patrouilleurs italiens et des formations de l’opération Sophia. « Ils sont désormais capables de patrouiller de façon plus efficace les eaux territoriales, pour combattre tous types de crime et également sauver des vies », a affirmé le commandant.


>>> A LIRE : Détenus, battus, humiliés : une vidéo publiée sur les réseaux sociaux raconte le calvaire des migrants en Libye


Lutte contre les passeurs

Des défenseurs des droits de l’Homme se sont toutefois inquiétés à plusieurs reprises des conditions dans lesquelles les migrants sont détenus après leur interception par les gardes-côtes libyens.

L’ambassadeur de l’Union européenne (UE) à Tunis, Patrice Bergamini, a appelé de son côté la Tunisie, pays voisin immédiat de la Libye, à soutenir l’opération Sophia.

Cette mission européenne a été lancée par l’UE en 2015, après une série de naufrages dramatiques, pour s’attaquer aux passeurs de migrants en Méditerranée. Son mandat avait ensuite été élargi pour qu’elle puisse former des gardes-côtes libyens.

Sophia contribue aussi à la mise en œuvre de l’embargo des Nations unies sur les armes au large des côtes libyennes. Cette mission, qui affirme avoir intercepté 117 passeurs et saisi 482 de leurs bateaux, a cependant été critiquée pour avoir échoué à véritablement stopper les trafiquants d’êtres humains.