Le franc CFA est un filet de sécurité pour les pays africains de la zone, selon Bercy

Le franc CFA déchaîne les passions. © Adria Fruitos pour JA

Au sortir de la réunion des ministres des Finances de la zone franc, qui s'est tenue à Paris ce 5 octobre, la France et les autres pays membres ont répondu en filigrane aux critiques visant la devise.

« La France est, via le franc CFA, un filet de sécurité régional des pays africains de la zone » affirme une source au ministère de Bercy, évoquant notamment la fixité de la parité entre le franc CFA et l’euro, et la convertibilité libre et illimitée entre les deux monnaies, qui donne droit aux pays de la zone, en cas d’épuisement de leurs réserves de change, à un découvert autorisé illimité sur leur compte en euros auprès du trésor français.

« Si chaque pays avait sa propre monnaie, la situation ne serait pas pareille » a renchéri Abbas Mahamat Tolli , gouverneur de la Banque des États de l’Afrique centrale, pour qui la zone franc est un gage de stabilité économique. Ce que le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a voulu prouver, graphiques à l’appui : ainsi, les taux de croissance dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) et dans la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) dépassent respectivement la croissance moyenne des pays non pétroliers et celle des pays pétroliers d’Afrique subsaharienne. Quant à l’inflation dans la zone franc, elle est inférieure à la moyenne d’Afrique subsaharienne.

Fonctionnement du compte d’opération

Bercy a également voulu clarifier le fonctionnement du compte d’opération, qui suscite critiques et fantasmes : « On voit fleurir sur les réseaux sociaux l’idée que la France capte 50% des richesses de la zone. C’est faux. Les devises sont centralisées dans les banques centrales de chaque zone, puis 50% de ces réserves sont centralisées auprès du Trésor français », détaille la source à Bercy, qui assure que la France n’y gagne rien, au contraire : « Les dépôts des Banques centrales auprès du Trésor sont rémunérés à 0,75%, alors que les dépôts français auprès de la BCE ont une rémunération négative, de -0,40% ».

Le Ministre de l’Économie français, Bruno Le Maire, a, lui, redit que « la France était ouverte au dialogue » concernant cette centralisation des réserves auprès du Trésor, rappelant que le taux de centralisation avait déjà diminué, passant de 100% à 50%, et qu’il pourrait encore évoluer si les pays de la zone le souhaitaient.