Congo-Brazza : la dette publique supérieure à 9 milliards de dollars, soit 110% du PIB

Par Jeune Afrique avec AFP

Vue de la ville de Brazzaville. © Creative Commons/Jomako

La dette publique de la République du Congo s'élevait à quelque 9,14 milliards de dollars américains fin juillet, représentant 110% du PIB, a annoncé mercredi le Fonds monétaire international à l'issue d'une mission menée dans le pays.

« Sur la base des informations fournies par les autorités, les autorités et la mission ont évalué le niveau de la dette publique contractée et/ou garantie par l’État à fin juillet à 5 329 milliards de francs CFA (environ 9,14 milliards de dollars américains) », a déclaré Abdoul Aziz Wane, qui a conduit la mission du 25 septembre au 4 octobre.

Le FMI précise que ce chiffre n’inclut ni les dettes litigieuses, ni les arriérés intérieurs accumulés depuis 2014. Abdoul Aziz Wane relève en outre « l’engagement des autorités à prendre des mesures pour rétablir la viabilité de la dette à moyen terme ».


>>> A LIRE : FMI : le casse-tête du Congo-Brazza


Il constate que « la République du Congo fait face à des déséquilibres macroéconomiques importants » avec une activité économique qui continue de se dégrader et une diminution des dépôts du gouvernement. « Dans ce contexte, le gouvernement a accumulé des arriérés extérieurs et intérieurs, malgré un ajustement budgétaire significatif. »

Dette cachée

Cette mission a été conduite alors que le Congo menait des négociations difficiles avec le FMI à qui le pays a caché une partie de sa dette publique lors de discussions bilatérales au printemps.

L’affaire avait été confirmée par le fonds début août. Le FMI avait alors mentionné une dette publique représentant 117% du PIB contre le ratio de 77% avancé en mars par Brazzaville.

Le FMI s’est par ailleurs félicité mercredi de l’engagement des autorités « à soutenir des mesures visibles et crédibles pour améliorer la gouvernance et lutter contre la corruption » avec l’aide de l’institution.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici