Sénégal : la formation des pilotes d’Air Sénégal aura bien lieu

Par - à Dakar

Un avion aux couleurs d'Air Sénégal sur le tarmac de l'Aéroport International Blaise Diagne, en septembre 2017. © Photo : DR / AIBD / Air Sénégal

Annulée in extremis par un simple mail, à l’insu du nouveau directeur général d’Air Sénégal, Philippe Bohn, la formation des futurs pilotes de la toute jeune compagnie aérienne sénégalaise aura bien lieu.

Pour son arrivée à la tête de la nouvelle compagnie aérienne sénégalaise, le Français Philippe Bohn se serait bien passé de cette péripétie. Avant sa prise de fonction, début septembre, l’ancienne direction générale avait recruté une quinzaine de pilotes de nationalité sénégalaise qui devaient constituer les premiers équipages de la compagnie nationale qui doit débuter son activité le 7 décembre, à l’occasion de l’inauguration de l’aéroport international Blaise-Diagne (AIBD).

Suspension in extremis

Au terme d’un processus de sélection de plusieurs mois, conclue par des évaluations en simulateur assurées par un pilote instructeur/examinateur du constructeur aéronautique ATR, à Toulouse, ces derniers devaient partir en « qualification type » (QT), courant octobre, à Toulouse ou Miami.

Mais le 22 septembre, ces pilotes recevaient un courriel de la compagnie les informant in extremis de la suspension du processus et du renvoi à une date ultérieure du départ en QT. Plusieurs d’entre eux avaient pourtant démissionné de leur précédent emploi, sans pour autant avoir signé leur nouveau contrat de travail avec Air Sénégal.

Les pilotes veulent une politique de recrutement privilégiant les compétences nationales

Le 26 septembre, un « collectif des pilotes » adressait donc à la ministre des Transports aériens, Maïmouna Ndoye Seck, un courriel exposant leur désarroi : « Les raisons invoquées, qui tiennent à la remise en question de la légitimité du précédent processus de sélection, nous laisse dans une profonde incompréhension et nous réfutons vigoureusement leur pertinence, écrivaient-ils. Une telle décision, prise au stade ultime du processus, ne saurait qu’entraîner des conséquences regrettables. »

Demandant le « respect des engagements pris à [leur] égard », les pilotes insistaient en outre sur « la nécessité de définir une politique de recrutement privilégiant les compétences nationales, seul chemin pour une compagnie sénégalaise pleinement au service des intérêts patriotiques ».

Couac interne

Comme l’a révélé le 2 octobre Jeune Afrique Business+, l’inquiétude justifiée des pilotes résulte en réalité d’un couac interne à la compagnie. Le mail d’annulation qui leur avait été adressé le 22 septembre émanait non pas de la direction générale, mais de Malick Tall, un prestataire de services dépendant du pôle projet « Opérations ».

Aussi, le 27 septembre, le DG Philippe Bohn a adressé un nouveau courriel aux pilotes concernés, indiquant que « de fausses informations concernant “l’annulation des QT” et le “renvoi des pilotes” sont véhiculées dans certains médias. Ces informations sont erronées […] J’ai donc promptement réagi en appelant le coordinateur ATR pour m’inscrire en faux sur la demande d’annulation. Le lendemain, samedi 23 septembre, j’ai réitéré mon message par e-mail en insistant sur le fait que la demande d’annulation du pôle projet “Opérations” était contraire à l’avis de la Direction Générale. En totale transparence avec vous, je vous joins copie de cet e-mail ».

Début des formations ce mois-ci

Dans ce courriel adressé à Flavien Masquarenc, Customer Support Director de ATR Aircraft, Philippe Bohn précise encore: « Afin d’éviter tout malentendu, il n’a jamais été question d’annuler les QT. […] J’attends simplement les dossiers pilotes, complets et conformes au plus élémentaire respect des standards basiques de notre industrie. Malick Tall a pour charge et unique tâche de me les soumettre dès qu’il les aura complétés… »

Contacté par Jeune Afrique, l’un des pilotes sénégalais concernés confirme les informations de JAB+, assurant que les choses sont globalement rentrées dans l’ordre. Sous réserve de cas particuliers, lui et ses collègues devraient donc participer, en octobre, aux QT initialement prévus.