RDC : 16 miliciens tués dans des combats avec l’armée dans le Nord-Kivu

Par Jeune Afrique avec AFP

Des soldats des FARDC sur les collines proches de Goma, dans le Nord-Kivu, lors de la guerre contre les rebelles du M23 en 2013. © Joseph Kay/AP/SIPA

Seize miliciens ont été tués dans d'intenses combats qui opposent depuis vendredi l'armée congolaise à des milices Maï-Maï dans une localité du Nord-Kivu, dans l'est de la RDC, a-t-on appris lundi 2 octobre de source militaire.

Les combats se déroulent dans la localité de Kipese, dans le territoire de Lubero. « En ce moment la situation est sous contrôle », a indiqué le lieutenant Jules Tshikudi, l’un des porte-paroles de l’armée dans la région.

Depuis plus de vingt ans, plusieurs groupes armés congolais et étrangers s’affrontent dans ce territoire de Lubero, situé à 300 km au nord de Goma (capitale du Nord-Kivu). Parmi ces groupes, les Maï-Maï, des groupes « d’autodéfense » constitués sur une base essentiellement ethnique. Pendant la deuxième guerre du Congo (1998-2003), nombre d’entre eux avaient été armés par le pouvoir pour lutter contre des combattants ougandais et rwandais. Certains n’ont jamais désarmé.

Depuis le début de l’année, ces miliciens attaquent régulièrement les positions de l’armée congolaise dans le Nord-Kivu et dans la province voisine du Sud-Kivu. La semaine dernière, de violents combats avaient ainsi opposé d’ex-rebelles aux FARDC à Uvira, située à 120 km au sud de Bukavu, la capitale de la province du Sud-Kivu.

La ville de Kipese se trouve à l'est de la RDC, dans la province du Nord-Kivu. © Google Maps

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici