Centrafrique : Mahamat Al-Khatim quitte la coalition dirigée par Noureddine Adam

Noureddine Adam, ancien numéro deux de la Séléka, le 14 mars 2013 à Bangui. © Vincent Fournier/J.A.

Le Mouvement patriotique pour la Centrafrique a décidé de quitter la coalition, principale force militaire non-étatique agissante en Centrafrique, placée sous la direction du FPRC, le groupe de Noureddine Adam.

Le Mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC), emmené par son chef Mahamat Al-Khatim, a annoncé par voie de communiqué qu’il quittait la coalition dirigée par le FPRC (Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique) de Noureddine Adam. Le MPC – constitué de combattants musulmans, notamment des éleveurs peuls, et d’hommes de la région frontalière avec le Tchad – avait intégré la coalition opposée à l’Union pour la Centrafrique (UPC) d’Ali Darassa.

Le « numéro 2 » de Noureddine Adam dans la coalition

Aujourd’hui, le MPC participe à l’ensemble des processus de paix qui existent dans le pays. Au sein de la coalition, qui regroupe différentes tendances et chefs de l’ex-Séléka et quelques anti-balaka, Mahamat Al-Khatim jouait un rôle majeur. Depuis le printemps 2017, il a souvent été décrit comme le « numéro 2 » de cette alliance, après Noureddine Adam.

Le MPC semble vouloir, à en croire le communiqué, se distancier du groupe Révolution et justice (RJ) fondé par Armel Sayo. Les deux groupes, bien que cela semble contre-intuitif, étaient parvenus à une entente cordiale sur le terrain. Le MPC, selon plusieurs analystes, avait, à l’instar d’autres groupes, augmenté sa force de frappe en rejoignant la coalition en 2016.

En revanche, son groupe avait connu une scission en 2017 : des mécontents avaient décidé de quitter le groupe, visiblement fâchés d’assister à des combats internes à la communauté musulmane et dans lesquels la coalition était largement impliquée.

Ancien allié de Bozizé passé à la Séléka

Au-delà des revendications les plus classiques ou des buts d’ordre économiques, le MPC d’Al-Khatim se veut notamment le protecteur des Centrafricains ayant des origines tchadiennes. Le groupe fait aussi parfois allusion au projet politique de création d’une « république de Logone » ou « république de Dar El Kuti ».

Le général Al-Khatim, aussi connu sous le nom de Mamhat Al-Hissen, qui continue d’évoluer dans la région de Sido, près de la frontière tchado-centrafricaine, est un ancien « libérateur » qui entretenait des relations étroites avec l’Agence nationale de sécurité tchadienne et qui a participé au coup d’État de François Bozizé en 2003.

Brouillé avec l’ancien président, il a rejoint la Séléka, dont il a été un des principaux piliers. Il devient vite le chef militaire du FPRC, qu’il quitte durant l’été 2015 pour créer son groupe, le MPC.

 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici