Libye: deux dignitaires tribaux assassinés

Par Jeune Afrique avec AFP

Bani Walid en Libye, en 2012. © Gaia Anderson/AP/SIPA

Deux chefs issus du clan Werfallah, qui avait soutenu jusqu'au bout l'ex-dictateur Mouammar Kadhafi, ont été tués alors qu'ils revenaient d'une mission de réconciliation entre tribus libyennes.

Deux dignitaires d’un des plus importants clans libyens ont été tués le 29 septembre dans le centre du pays, où ils étaient en mission de bons offices.

Le conseil social des tribus des Werfalla a annoncé sur sa page Facebook l’assassinat du cheikh Abdallah Nattat, chef du comité de réconciliation, du cheikh Khamis Isbaga et de leurs deux accompagnateurs.

Les quatre hommes rentraient dans leur ville de Bani Walid après avoir effectué une mission de réconciliation entre des tribus à Mizda quand leur véhicule a été criblé de balles par l’arrière.

Soutien à Mouammar Kadhafi

Le gouvernement libyen d’union nationale (GNA) a dénoncé cet acte, qui n’a pas été immédiatement revendiqué. Le GNA a affirmé avoir demandé au ministère de l’Intérieur afin d’ouvrir une enquête.

De son côté, le Parlement libyen élu, siégeant dans l’est du pays, a décrit l’assassinat des dignitaires tribaux comme «un acte terroriste lâche».

Très importants dans l’ouest du pays, les tribus du clan des Werfalla sont basées à Bani Walid, dernière ville à avoir soutenu l’ex-dictateur Mouammar Kadhafi lors de la révolte armée qui a mis fin au régime en 2011.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici