Sénégal : DPW investira 30 millions de dollars dans le Port du Futur de Ndayane

Par - À Dakar

Port autonome de Dakar. Zone de stockage, chargement et distribution de conteneurs, le 22 octobre 2014. © Sylvain Cherkaoui pour Jeune Afrique

En marge du Forum Investir en Afrique, co-organisé par la Banque chinoise de développement et la Banque mondiale du 25 au 27 septembre à Dakar, Ahmed Bin Sulayem, le président de Dubaï Ports World (DPW), a évoqué les investissements à consentir dans le Port du Futur de Ndayane, dont l’opérateur portuaire émirati sera le maître d’œuvre.

C’est au sortir de son entrevue, le 25 septembre dernier à Dakar, avec le chef de l’État Macky Sall, qu’Ahmed Ben Sulayem a fait l’annonce : l’opérateur portuaire émirati consentira un investissement d’un montant de 30 millions de dollars dans la réalisation du Port du Futur à Ndayane, à 50 km de Dakar.

Selon le gouvernement du Sénégal, le Port du Futur de Ndayane, d’un tirant d’eau de 20 mètres, aura une capacité d’accueil de 1,5 million de conteneurs par an.

DP World Dakar, la filiale sénégalaise du 3e opérateur portuaire mondial a par ailleurs annoncé la semaine dernière avoir réalisé en 2017 des investissements d’un montant d’environ 19 milliards de francs CFA (34,2 millions de dollars) pour l’acquisition de nouveaux équipements.

DPW Dakar est concessionnaire depuis janvier 2008 de l’exploitation du Terminal à conteneurs (TAC) du port de Dakar pour une durée de 25 ans.

Trois accords scellés

Par ailleurs, Dakar a scellé trois accords avec le gouvernement chinois et la Banque mondiale sur les treize paraphés en marge du 3e Forum Investir en Afrique.

Le premier porte sur de futurs investissements conjoints dans les énergies renouvelables, signé par Mouhamadou Makhtar Cissé, directeur général de la compagnie publique d’électricité, la Senelec, et la China General Nuclear Europe Energy (CGNEE).

Renforcement stratégique

Un deuxième accord, dit de « renforcement stratégique », destiné au secteur agricole sénégalais, a été conclu entre le ministère sénégalais de l’Agriculture et de l’Équipement rural et son homologue chinois.

Enfin, un troisième document de coopération a été paraphé entre Amadou Ba, le ministre sénégalais de l’Économie, des Finances et du Plan et le vice-président directeur général de la Banque chinoise de développement.

Cette rencontre dont les principaux panels étaient axés autour de la place de l’innovation (surtout dans le numérique) dans le développement du continent africain, a été initiée en 2015 par la Banque chinoise de développement (CDB) en partenariat avec la Banque mondiale. La première édition avait eu lieu à Guangzhou en Chine en 2015 et la deuxième à Addis Abeba en Éthiopie en 2016.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici