Maroc : l’homme qui a voulu forcer le cortège de Mohammed VI en France sera traduit en justice

Mohammed VI, le roi du Maroc, après sa rencontre avec François Hollande, à Paris, le 9 février 2015. © Christophe Ena/AP/SIPA

Il comparaîtra devant le tribunal de Meaux le 20 décembre pour mise en danger de la vie d'autrui et violence avec arme.

Il a 39 ans, est né au Maroc et est détenteur d’une carte de séjour française jusqu’en 2025. C’est ce qu’on sait pour le moment sur celui qui a tenté de forcer le cortège du roi du Maroc, dimanche 24 septembre, sur une route du Mesnil-Amelot, près de l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, en Seine et Marne.

« On ne connaît pas encore les raisons de son acte. Il n’a fait aucune revendication. Mais manifestement, c’est quelqu’un de violent », déclare à Jeune Afrique Me Ralph Boussier, avocat des deux agents de sécurité, qui ont failli être percutés en voulant protéger le roi. Ces derniers vont se porter partie civile dans le procès de l’assaillant prévu le 20 décembre au tribunal correctionnel de Maux, afin de demander dommage et réparation.

C’est le journal français le Parisien qui a révélé cette tentative d’agression dans son édition du lundi 25 septembre. L’homme, qui habite en Essonne, sera poursuivi pour « mise en danger de la vie d’autrui » et « violence avec arme » (sa voiture étant considérée comme une arme). Dimanche dernier, il a ainsi utilisé son véhicule pour essayer de rentrer dans le cortège sécurisé du roi. Lorsque les agents de sécurité lui ont fait barrage, il a alors contourné toutes les voitures devant lui en passant par la pelouse pour tenter de remonter jusqu’à la voiture du roi. Mais les agents de sécurité ont réussi à l’immobiliser et à l’arrêter. Il est actuellement placé en garde à vue au commissariat de police de Villeparisis.

Un homme violent

Les premiers éléments de l’enquête ont montré que l’homme aurait des antécédents de violence dans son casier judiciaire. « Cette agression comporte un caractère violent évident qui n’a rien à voir avec les rapprochements spontanés de certains Marocains du roi lorsqu’ils le croisent et veulent se prendre en photo avec lui « , explique Me Boussier.

En effet, dès le début, l’homme a été violent. Avant sa tentative d’agression du cortège royal, il avait déjà tenté deux jours auparavant d’entrer dans un château appartenant au roi à Betz, dans l’Oise, là où ce dernier se trouve en convalescence après une opération à l’œil. Il a alors poussé par terre un agent de sécurité qui a été blessé à la tête et s’est trouvé en incapacité de travail pendant trois jours.