Cameroun anglophone : le nécessaire dialogue social pour résoudre la crise

par

Alain Nkoyock est écrivain, universitaire et fonctionnaire à l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC).

Scène de rue à Bamenda, épicentre de la contestation anglophone au Cameroun. © Dada dada/CC/Wikimedia commons

J’appelle au dialogue pour résoudre la situation de crise dans la partie anglophone du Cameroun.

Le président Biya a ordonné récemment l’arrêt les poursuites pendantes contre des leaders du mouvement de protestation anglophone et leur libération. Ce geste d’apaisement présidentiel constitue un pas positif dans la recherche d’une solution par le dialogue.

Nous avions tous proposé des solutions à cette crise. Je reste convaincu que le fédéralisme peut aider notre pays en rapprochant le pouvoir des peuples. Je réitère cette proposition d’une nouvelle forme de l’État qui dépasse les clivages anglophones-francophones et offre un modèle moderne à 5 ou 6 États fédérés utilisant officiellement le français, l’anglais et si possible la reconnaissance de deux langues locales écrites.

Plusieurs intellectuels et personnalités de la société civile sont d’accord sur la mise en place progressive du fédéralisme à plusieurs États dans notre pays. Déconcentrer le pouvoir au profit des collectivités territoriales est un processus de longue haleine qui demande une volonté politique, une vision de développement, un état d’esprit et du courage pour réinventer le Cameroun de demain !

Nous devons continuer à clarifier ces propositions dans l’apaisement. Les leaders de toutes les communautés du pays doivent tout faire pour ramener la paix dans notre pays en évitant des discours, positions et gestes contraires à l’apaisement et à la paix.

Nous croyons au dialogue et nous suivons de très près ce problème à tous les niveaux. On peut vouloir appeler les forces extérieures pour résoudre nos problèmes internes ; cela ne servira à rien. Il y a du côté de nos frères et sœurs des deux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest des responsables qui ont la même vision du pays et aussi certains responsables au sein du pouvoir actuel.

Nous devons continuer à rassembler. Les sécessionnistes et les bellicistes au pouvoir seront minoritaires à un moment donné en interne et à l’extérieur du pays.

Le pouvoir central a aussi intérêt à discuter. C’est la logique de la résolution des conflits dans la paix. Le problème est que si nous, fédéralistes, continuons à mettre de l’huile sur le feu avec d’autres types de discours, ça ira très mal pour le pays.

Le président Buhari utilise actuellement une autre démarche pour régler le problème des sécessionnistes au Nigeria car là-bas les Elders sont écoutés. Chez nous, on a perdu cette communauté d’Elders respectés au vu de leurs échecs répétés au début et/ou pendant cette crise. En attendant que nos Elders retrouvent leurs positions naturelles de leaders au sein de nos communautés, nous sommes convaincus que la seule issue c’est rassembler ce noyau de Camerounais modérés dans toutes les communautés et poser les bases d’un dialogue entre frères et sœurs.

L’apaisement est en chacun de nous comme le conseillait justement le Dalaï-Lama. Le salut du Cameroun réside en chacun de nous, non pas dans un système, une croyance, ou à l’intérieur d’une frontière donnée. L’ennemi n’est pas au-dehors, mais en dedans. En chacun de nous sommeille un monstre ; en chacun de nous vit un saint.

Au nom de la paix dans notre pays, je propose les quatre points suivants pour une sortie de la crise :

1. Constituer une équipe composée des membres influents de la société civile du pays et de la diaspora ;

2. Libérer les autres sympathisants du mouvement de protestation anglophone qui seraient encore en prison et permettre aux exilés de revenir au pays ;

3. Engager un dialogue franc et sincère avec toutes les parties prenantes ;

4. Publier les résolutions prises avec un calendrier d’exécution et mettre en place un mécanisme de suivi de mise en œuvre des résolutions prises.

Si les quatre points ci-dessus sont respectés, je me mettrai à la disposition du pays pour aider à la résolution pacifique de la crise.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici