Martina Big, la Blanche devenue Noire

par

Damien Glez est dessinateur-éditorialiste franco-burkinabè

L'Oeil de Glez © Glez / J.A.

Naît-on noir ou le devient-on ? L'Allemande blanche Martina Adam semble avoir trouvé la réponse en franchissant le cap de la transformation “mélaninesque”. Hélas pas pour le meilleur de la cause “black”…

Si « Black is beautiful », pourquoi se priver de le devenir ? Bien sûr, le rappeur pâle Eminem n’a pas eu besoin de se métamorphoser pour briller dans un rayon musical dominé par les artistes noirs. À la même époque, d’ailleurs, Tiger Woods squattait les podiums du golf, sport historiquement blanc. Les hit-parades et les palmarès suffisent-ils à bouleverser les a priori ? D’évidence, non…

Mais que penser alors du cas de l’ancienne hôtesse de l’air Martina Adam, qui entreprend en 2012, en Allemagne, un parcours « racial » qui en fera une Michael Jackson à rebours, le talent en moins. De fait, la blonde caucasienne décide de modeler son corps sous les regards des internautes. Et devient plus noire que la Beyonce d’origine, non sans alterner divers modèles.

Sa poitrine dispose même d’une pompe pour ajuster le bonnet par infiltration de saline

Au départ, elle n’a pas vocation à devenir noire de peau, mais ses canons de beauté se caractérisent par des formes généreuses et des lèvres pulpeuses. La chirurgie esthétique devient une addiction et Martina Adam se transforme en « Martina Big », la femme aux plus gros seins d’Europe. Inédite, sa poitrine dispose même d’une pompe pour ajuster le bonnet par infiltration de saline.

60 000 euros d’opérations chirurgicales

Après 60 000 euros d’opérations chirurgicales, le cobaye volontaire se met en quête d’exotisme, tout en conservant ses cheveux blonds platine. Ambitionnant un teint sombre qu’elle qualifie elle-même de « noir africain », elle dort dans un lit à bronzer et se fait injecter de la mélanine.

Sur les réseaux sociaux, des fans décontenancés par ce changement de couleur de peau finissent par se prendre au jeu malsain de la mutation surréaliste : « Oh, j’aime ton style ! Deviens plus foncée ! Encore plus foncée ! ». Les avocats des canons de la beauté noire devraient-ils se réjouir de cette promotion d’un épiderme désavoué par les multiples tendances à la dépigmentation ? Pas sûr. La vulgaire Martina Big qualifie son look de « Barbie exotique ». Pas de quoi faire lever le poing des Black Panthers…

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici