Terrorisme : deux gendarmes burkinabè tués à Tongomayel, près de la frontière malienne

Par - à Ouagadougou

Des gendarmes burkinabè dans une rue de Ouagadougou. © Issouf Sanogo/AFP

Selon des sources sécuritaires, deux gendarmes burkinabè sont morts dans l'attaque de leur convoi qui escortait une citerne de carburant, sur l'axe Tongomayel-Inata, près de la frontière malienne.

L’embuscade meurtrière a eu lieu entre Tongomayel et Sona, dans la soirée du mardi 26 septembre, près de la frontière malienne. Le bilan fait état de deux gendarmes tués sur le coup, et de deux autres blessés, a affirmé à Jeune Afrique un gradé de la gendarmerie sous couvert de l’anonymat. Les gendarmes escortaient un convoi de carburant, propriété d’une société minière, sur l’axe Tongomayel-Inata quand leur véhicule a été attaqué par des individus non identifiés, a déclaré une source sécuritaire.

« Le véhicule de tête a sauté sur un engin explosif, des échanges de tirs entre ces individus et les forces d’escorte ont eu lieu. Deux gendarmes sont morts sur le champ », explique notre source. Depuis 2015, le nord du Burkina, frontalier avec le Mali, est devenu le sanctuaire de terroristes fortement armés. Les forces de sécurité burkinabè y essuient régulièrement des attaques perpétrées notamment par les hommes du groupe Ansarul Islam du prédicateur radical Ibrahim Malam Dickodonné pour mort par Ouagadougou.

Plus de 80 morts depuis 2015

Au total, les attaques contre les positions des forces de défense et de sécurité ont fait plus de 80 morts depuis 2015. La plus meurtrière, survenue à Nassoumbou en 2016, avait fait douze morts dans les rangs de l’armée burkinabè. Ces dernières semaines, la situation sécuritaire dans le nord du Burkina s’est considérablement aggravée.

Samedi 23 septembre dernier, quatre soldats burkinabè ont été grièvement blessés après que leur véhicule a sauté sur une mine artisanale à Wouro Saba, près de Djibo dans le Soum. La veille, des inconnus avaient incendié le poste de police situé dans l’enceinte du camp de réfugiés de Mentao, alors que le jour précédent un civil avait été abattu. Et en août dernier, la capitale Ouagadougou a subi sa deuxième attaque terroriste contre le café halal Aziz Istanbul, faisant 19 tués.