Football : le Maroc bien placé pour l’organisation du Chan 2018

Des supporters de l'équipe de football du Maroc durant la CAN 2017, au Gabon. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Depuis que la Confédération africaine de football a décidé que le Kenya ne serait finalement pas l'organisateur du Chan 2018, le Maroc se trouve désormais en pole position pour accueillir ce championnat. Mais la décision politique n’a pas encore été prise.

C’est officiel, le Kenya n’accueillera pas le Championnat d’Afrique des nations (CHAN 2018). « À une écrasante majorité, il a été décidé du retrait de la compétition au Kenya au regard des retards accumulés et de différents rapports des missions d’inspection conduites dans le pays », peut-on lire dans le communiqué rendu public suite à la réunion du Comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF), tenue le 23 septembre à Accra.

Le Maroc se retrouve ainsi en pole position pour abriter cette compétition. « Bien entendu, le royaume dispose de toutes les infrastructures nécessaires à cet événement qui ne nécessite pas plus de quatre stades », assure une source de la Fédération royale marocaine de football (FRMF). Mais si sur le plan technique le Maroc est d’ores et déjà prêt, la décision politique n’a toujours pas été prise. « Le ministère est en train d’étudier l’opportunité de postuler pour l’organisation d’un tel événement », nous confie une source du département de la Jeunesse et des sports. Il s’agit d’arbitrer entre les différents événements pour lesquels le Maroc peut être sollicité.

La balle est dans le camp du Maroc

En plus de ce championnat qui met en avant les joueurs locaux, le royaume peut être sollicité pour l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019 qui risque d’être retirée au Cameroun en raison du manque d’infrastructures. Il y a, par ailleurs, les Jeux africains, pour lesquels l’Union africaine (UA) a sollicité le royaume pour l’organisation de l’édition 2019. « La décision d’y aller ou non est souveraine », précise notre source au ministère. Comprendre : la balle est dans le camp du palais royal.

Ce dernier devrait trancher d’ici la fin de cette semaine, délai fixé pour soumettre les dossiers de candidature. Pour rappel, le Maroc n’a plus organisé de CAN depuis 1988. En 2014, le royaume s’était désisté de l’organisation de la CAN 2017 en raison du risque de propagation du virus Ebola. Aujourd’hui, il a l’occasion de se rattraper et confirmer sa capacité à organiser de grands événements sportifs, sachant qu’il est candidat pour abriter la Coupe du monde 2026. Une candidature qui bénéficie du soutien formel de la Confédération africaine.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici