Fermer

Arabie saoudite : les femmes admises pour la première fois dans un stade

Par Jeune Afrique avec AFP

Dans une rue de Riyadh, en Arabie saoudite, en mars 2014. © Hasan Jamali/AP/SIPA

Les Saoudiennes pourront se rendre au stade du Roi Fahd, à Riyad, à l’occasion des célébrations de la fête nationale. Une première dans ce royaume ultra conservateur, qui applique une stricte séparation entre les sexes dans les espaces publics.

Les femmes auront droit de cité ce weekend au stade du Roi Fahd de Riyad, à l’occasion d’un spectacle musical et poétique pour la 87e fête nationale de l’Arabie saoudite. Seul bémol : elles devront impérativement y assister avec leur famille – maris et éventuels enfants – dans une section spéciale du stade. Les hommes venant seuls seront pour leur part assis dans une autre section.

« Le stade est prêt à accueillir environ 40 000 personnes réparties entre une section pour hommes séparée d’une section pour les familles », a indiqué l’Autorité générale du divertissement, dans un communiqué cité par l’agence SPA.

Des avancées encore timides

Les Saoudiennes étaient jusqu’ici exclues des stades, en vertu de l’application de la règle de séparation entre les sexes dans les espaces publics. Le royaume semble toutefois vouloir assouplir certaines restrictions dans le cadre de son plan « Vision 2030 » de réformes économiques et sociales. Il a notamment permis aux femmes d’effectuer certaines démarches administratives seules. En juillet, des militants des droits de l’Homme se sont félicités d’une décision du ministère de l’Éducation permettant aux jeunes filles de faire du sport dans les écoles publiques.

Reste que ces avancées paraissent bien timides, au regard des restrictions subies quotidiennement par les femmes en Arabie saoudite. Le pays demeure le seul au monde à interdire aux femmes de conduire. Elles sont en outre soumises à la tutelle de membres mâles de leur famille, que ce soit le père, le mari ou le frère, pour pouvoir faire des études ou voyager.