Boissons : pour la première fois, un whisky écossais est embouteillé au Cameroun

L'embouteillage local permet aux marques de réduire le prix de vente. © Photo via VisualHunt.com

La filiale locale du géant britannique Diageo vient de présenter sa première marque de whisky embouteillé à Douala, faisant chuter les prix et confortant ainsi sa montée en puissance dans le pays.

Si la célébrissime Guinness reste un produit-phare pour le groupe britannique Diageo, celui-ci n’en poursuit pas moins à grand train sa diversification. Ainsi, à Douala, la filiale locale a présenté le 7 septembre la première marque de whisky écossais embouteillé sur place : le Black & White.

Le spiritueux est produit dans le Cube, la toute nouvelle chaîne d’embouteillage et de conditionnement d’Afrique centrale, mise en service en février à la suite d’un investissement de 3 millions de livres sterling (3,5 millions d’euros).

« Nous produisons actuellement plus de 583 hectolitres par mois, mais nous sommes en capacité de doubler cette production si la demande est au rendez-vous », explique-t-on chez Diageo. Déjà disponible dans la plupart des points de vente du pays, des supermarchés aux discothèques en passant par les maquis, le whisky made in Cameroun « est, en termes de qualité et de goût, exactement le même que celui qui est produit en Écosse », assure la communication du groupe.

Une réduction des prix de 25 %

Avec, pour le consommateur local, un atout non négligeable : « L’embouteillage local a permis de réduire le prix de vente de 25%. Ainsi, pour la bouteille de 75 cl, on est passé de 6 000 à 4 500 francs CFA [de 9,1 à 6,9 euros] », poursuit-on chez Guinness Cameroun.

À Douala, où les brasseries Guinness sont présentes depuis 1969, Diageo confirme ainsi sa montée en puissance face à son principal adversaire, la Société anonyme des brasseries du Cameroun (SABC), en perte de vitesse depuis deux ans.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici