Égypte : le site internet de HRW inaccessible au lendemain de son rapport sur la torture

Par Jeune Afrique avec AFP

Des policiers masqués au Caire, en Egypte. © Amr Nabil/AP/SIPA

Human Rights Watch a indiqué vendredi que son site internet avait été bloqué en Égypte. La veille, l’ONG avait publié un rapport dénonçant la torture généralisée dans les geôles du pays.

Des usagers ont rapporté qu’ils ne pouvaient pas accéder au site internet de HRW via au moins deux des fournisseurs de services internet (ISP) du pays. Il semblerait toutefois que le site soit encore accessible via un autre fournisseur. Ce blocage intervient au lendemain de la publication par l’ONG d’un rapport, qui dénonce le recours systématique à la torture envers les prisonniers politiques.

« Plutôt que de s’attaquer aux pratiques abusives quotidiennes en Égypte, les autorités ont bloqué l’accès à un rapport accompagné de preuves sur ce que de nombreux Égyptiens et d’autres qui vivent dans ce pays savent déjà », déplore dans un communiqué Joe Stork, le directeur Moyen-Orient de l’ONG.

Au moins 429 sites bloqués en Égypte

« Les autorités égyptiennes insistent sur le fait que les cas de torture sont des crimes isolés commis par de mauvais officiers agissant seuls, mais le rapport de HRW prouve le contraire », souligne-t-il. De son côté, le ministre égyptien des Affaires étrangères a dénoncé « un rapport basé sur des témoignages non documentés », et a accusé le groupe de « diffamation délibérée ».

Ce ne serait pas la première fois que les autorités égyptiennes bloquent des sites internet critiques envers le régime. Outre celui de HRW, au moins 429 sites sont inaccessibles dans le pays, selon l’ONG égyptienne Association pour la liberté de pensée et d’expression. Une inflation révélatrice de l’emprise du régime sur les médias et les groupes de la société civile.

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique