Fermer

Les Marocains pourront obtenir un visa d’entrée au Qatar sans passer par la procédure jusqu’ici en vigueur

L'émir du Qatar, Cheikh Tamim Bin Hamad Al-Thani, et le roi du Maroc, Mohammed VI, à l'ouverture de la Cop22 à Marrakech en novembre 2016. © Mosa'ab Elshamy/AP/SIPA

Pour redonner des couleurs au secteur du tourisme, le petit émirat a facilité les procédures d'accès à son territoire pour les ressortissants de nombreux pays, essentiellement occidentaux. Le Maroc vient de s'ajouter à cette liste.

Soumis à un blocus imposé par ses voisins du Golfe, le Qatar tente de s’affranchir de son isolement en facilitant l’accès à son territoire pour de nouvelles nationalités. Mardi 5 septembre, il a ainsi décidé de supprimer les formalités préalables à l’obtention des visas au profit des Marocains, en respect des relations fraternelles qui unissent les deux pays.

C’est le Premier ministre et ministre de l’Intérieur qatari, Cheikh Abdallah Ben Nasser Ben Khalifa Al Thani, qui l’a annoncé mardi lors d’un entretien à Doha avec le président de la Chambre des représentants marocaine (Chambre basse du Parlement), Habib El Malki. Ce dernier était venu assister à l’inauguration du nouveau port de Hamad au Sud-est de l’émirat. D’un coût de 7,4 milliards de dollars, il permettra au Qatar de compenser les effets du blocus aérien et terrestre imposé par ses voisins.

Le Maroc, qui dispose d’une large diaspora dans les pays du Golfe, est ainsi le seul pays du Maghreb et le deuxième en Afrique, après l’Afrique du Sud, à bénéficier de la suppression des formalités pour l’obtention de visas pour le Qatar. Il s’ajoute à une liste de 80 pays exemptés de cette procédure – en majorité occidentaux – publiée par les autorités qataries le 9 août. Pour les ressortissants de ces pays, il suffira de présenter à l’arrivée un passeport valide pour obtenir un visa d’entrée au Qatar dont la date de validité variera entre 30 et 180 jours en fonction des pays.

Même s’il est plutôt proche des Saoudiens, le roi du Maroc entretient des relations amicales avec l’émir du Qatar, qui vient souvent passer ses vacances au royaume.

Solidarité musulmane

En juin dernier, au lendemain du blocus aérien imposé au Qatar par la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite, Mohammed VI avait envoyé une aide alimentaire symbolique à son ami qatari. Un geste que Rabat avait tenu à présenter comme  « un signe de solidarité musulmane » et sans référence à une quelconque « crise politique » dans la région. Une précision visant manifestement à ménager un allié saoudien particulièrement susceptible, qui n’hésite pas à traquer tous les soutiens de son ennemi qatari.

Le Maroc et le Qatar sont par ailleurs des partenaires économiques. Une nouvelle réunion de la Haute commission mixte maroco-qatarie devrait se tenir prochainement.