RDC : retour tendu à Kinshasa de Félix Tshisekedi

Par AFP

Félix Tshisekedi, chef du Rassemblement de l'opposition congolaise, le 13 février 2017 à Bruxelles. © Éric Lalmand/AFP

Le retour en République démocratique du Congo du leader de l'opposition Félix Tshisekedi a suscité des tensions dimanche matin dans la capitale Kinshasa où les autorités avaient interdit un meeting de cette même opposition, a-t-on appris de sources concordantes.

« Le président du Rassemblement de l’opposition est arrivé à bord d’un vol régulier en milieu de journée à l’aéroport de Ndjili après un séjour en Europe », a indiqué un membre de son entourage.

Il devait rejoindre sa résidence du quartier de Limete où quatre militants de l’opposition ont été arrêtés par les forces de l’ordre qui ont également utilisé des gaz lacrymogènes, selon cette même source.

« On a récupéré trois ou quatre personnes qui n’ont pas obtempéré à l’ordre de la police. Elles seront libérées », a indiqué à l’AFP le porte-parole de la police nationale, le colonel Pierrot Mwanamputu.

Félix Tshisekedi est le fils de l’opposant historique Etienne Tshisekedi, mort à 84 ans le 1er février à Bruxelles, et qui a été l’un des principaux opposants au président Joseph Kabila.

Les autorités de Kinshasa avaient fait savoir samedi qu’elles interdisaient un meeting du Rassemblement de l’opposition programmé pour ce dimanche dans la capitale congolaise, estimant qu’il pouvait déboucher sur des violences meurtrières.

Le Rassemblement demande le départ du président Kabila dont le deuxième mandat a pris fin le 20 décembre 2016. La Constitution lui interdit de se représenter.

Les autorités ont promis jeudi de publier « incessamment » un calendrier électoral « réaliste » après avoir recensé plus de 40 millions d’électeurs, soit 98,9% du corps électoral.

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique