Fermer

Invalidation de la présidentielle au Kenya : « Personne ne s’attendait à une telle décision »

Les magistrats de la Cour suprême rendent leur décision concernant le scrutin du 8 août au Kenya. © Ben Curtis/AP/SIPA

La stupeur domine au sein du clan de Uhuru Kenyatta, après l'invalidation, vendredi 1er septembre, de la réélection du président sortant par la Cour suprême.

En raison « d’illégalités et d’irrégularités », Uhuru Kenyatta « n’a pas été élu et déclaré président de manière valide », a déclaré le juge président David Maraga. De nouvelles élections doivent être organisées d’ici 60 jours par la commission électorale. Une décision à rebours de celle de 2013, lorsque la Cour suprême avait confirmé la victoire sur le fil de Uhuru Kenyatta. Comment expliquer un tel changement entre les deux élections ? Éléments de réponse avec Marie-Emmanuelle Pommerolle, directrice de l’Institut français de recherche en Afrique à Nairobi.

Jeune Afrique : Lors de son discours à la Nation, prononcé quelques heures après la décision de la Cour suprême, Uhuru Kenyatta semblait avoir du mal à encaisser le choc. Pourquoi le scénario d’une invalidation des résultats paraissait aussi peu plausible ?

Marie-Emmanuelle Pommerolle : Car tout le monde avait en mémoire le précédent de 2013, lorsque Raila Odinga avait contesté les résultats de l’élection présidentielle devant la Cour suprême. À l’époque, Uhuru Kenyatta l’avait emporté avec seulement 50,03 % des voix. Cela n’avait pas empêché la Cour de valider l’élection avec un jugement perçu par beaucoup d’observateurs comme injuste et peu fondé d’un point de vue juridique. Une décision source de désillusions vis-à-vis de la Cour suprême, dont s’est servie l’opposition en 2017 pour affirmer que les institutions ne permettraient pas d’obtenir un scrutin crédible et transparent. Résultat : tout le monde s’attendait à ce que la validation des résultats ne soit qu’une simple formalité.

Qu’est-ce qui a changé depuis l’élection de 2013 et qui pourrait expliquer cette décision inédite ?

Sur les raisons objectives, qui ont poussé les magistrats à invalider le scrutin, il faudra attendre leur jugement final. Ils ont 21 jours pour le publier et démontrer que les irrégularités constatées étaient suffisantes pour invalider le scrutin du 8 août.

Pour le reste, on peut constater un véritable changement de contexte entre la décision de la Cour en 2013 et celle de 2017. En 2013, l’opinion publique craignait le retour des violences post-électorales après celles de 2007 et 2008 – qui avaient fait plus de 1 100 morts et 660 000 déplacés. Il y avait alors une certaine pression autour des juges pour confirmer les résultats et et ne pas ouvrir un nouveau cycle de violences. Quatre ans plus tard, cette rhétorique ne prédomine plus, mis à part dans les médias internationaux. Cela peut expliquer en partie la décision des magistrats.

Du côté de l’opposition, on a salué une « journée historique ». Pourtant, Raila Odinga avait refusé dans un premier temps de saisir la justice pour contester les résultats du scrutin du 8 août. Comment expliquer ce revirement ?

Il s’est d’abord rendu compte que l’option de la rue devenait intenable. En quelques jours, une vingtaine de manifestants ont été tués par les policiers, qui faisaient usage de balles réelles. Il fallait éviter que cela se transforme en bain de sang. Et puis, il ne faut pas sous-estimer l’impact des discussions au sein de la coalition Nasa. Il est fort probable que le sénateur James Orengo et le candidat à la vice-présidence, Kalonzo Musyoka, aient pesé pour porter l’affaire devant la justice. Pourquoi jouer son va-tout, alors qu’on peut se positionner pour les prochaines échéances électorales ?

Par contre, je ne crois pas vraiment à l’influence de la communauté internationale dans le revirement de Odinga. Les observateurs sur place, comme l’Américain John Kerry ou le Sud-africain Thabo Mbeki, ont été vivement critiqués par Odinga pour avoir apporté leur blanc-seing à la validation des résultats du scrutin. Comment auraient-ils pu l’influencer dans ces conditions ?

La Commission électorale a désormais 60 jours pour organiser un nouveau scrutin. Ce délai est-il tenable ?

Cela va être compliqué, mais j’imagine que c’est faisable. Après tout, la Commission a l’habitude de travailler dans des délais très serrés – ce qui peut d’ailleurs expliquer les irrégularités constatées lors du scrutin… Reste qu’ils vont devoir faire face à plusieurs obstacles de taille. Où les électeurs vont-ils voter ? Les bureaux sont installés dans les écoles. Or nous serons en pleine année scolaire, avec plusieurs sessions d’examen prévues. Autre difficulté : Odinga réclame la tête du président de la Commission, Wafula W. Chebukati, qu’il accuse de tous les maux.

Ces différents points vont vraisemblablement faire l’objet de négociations entre l’opposition et le pouvoir. Mais je ne les imagine pas en train de repousser la date du scrutin, car le délai de 60 jours est inscrit dans la Constitution.