Cameroun : Paul Biya décrète l’arrêt des poursuites contre les leaders anglophones

Vue de Cow Street à Bamenda, le 23 juillet 2007. © rbairdpcam/CC/Flickr

Le président camerounais Paul Biya a ordonné mercredi, par décret, l’arrêt des poursuites contre les leaders anglophones détenus depuis janvier.

L’information a été officialisée à la télévision nationale ce mercredi 30 août. « Félix Abdor Nkongo, Fontem Neba, Paul Ayah Abine et certaines autres personnes interpellées dans le cadre des violences survenues ces derniers mois dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest », vont donc retrouver la liberté, à quelques jours d’une rentrée scolaire qui s’annonçait tendue dans les régions anglophones.

Paul Biya réaffirme ainsi « sa détermination à combattre sans relâche les ennemis de la paix et du progrès (…) qui, sous le coup de revendications politiques, essayent de prendre en otage l’avenir » du Cameroun. Les leaders anglophones étaient en détention depuis janvier dernier et étaient notamment accusés de terrorisme, rébellion, crime et délits d’opinion. Leurs avocats avaient plusieurs fois réclamé leur remise en liberté devant le tribunal militaire de Yaoundé, sans succès.

Communiqué du secrétariat général de la présidence camerounaise, concernant l'abandon des poursuite contre les leaders anglophones. © Présidence camerounaise

 

 

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique