Fermer

Selon l’OMS, la consommation d’alcool explose en Afrique

Une serveuse dans un bar d’Accra au Ghana, portant des cocktails d’alcool en 2013. © Christian Thompson/AP/SIPA

La consommation d'alcool en Afrique a augmenté considérablement depuis 2010, estime l'OMS dans son dernier rapport. L'Ouganda et la Namibie arrivent en tête des pays les plus consommateurs.

Cinq litres par personne et par an : c’est ce qu’a consommé en moyenne chaque Africain cette année ! Et c’est deux-tiers de plus qu’il y a sept ans. L’augmentation de la consommation d’alcool sur le continent est la plus importante au monde.

Dans son rapport 2017, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) fait état de cette consommation, qu’elle mesure en litres d’alcool pur bus, par an et par habitant de plus de 15 ans.

En Afrique, c’est l’Ouganda et la Namibie qui arrivent en tête avec une moyenne de 11,8 litres d’alcool par an. Ils sont suivis par la Guinée équatoriale (11,6 litres), le Rwanda (11,5 litres), l’Afrique du Sud (11,2 litres), le Gabon (10,8 litres) et les Seychelles (10,8 litres). Les populations africaines les plus abstinentes sont situées en Libye avec 0,1 litre d’alcool pur, ex-æquo avec celles de la Mauritanie, suivies de celles des Comores avec 0,2 litre.

Le Gabon détrôné

En 2010, c’était le Gabon qui détenait la palme avec une consommation de 9 litres, suivi du Nigeria et de l’Ouganda. Les buveurs les plus modestes étaient alors les Nigériens avec une consommation de 0,1 litre, suivis des Algériens (0,11) et des Comoriens (0,14).

Le pays qui compte les plus gros buveurs du monde est la Lituanie, avec une moyenne annuelle de 18,2 litres. Sur le continent américain, c’est le Canada qui arrive en pole position avec 10 litres, talonné par les États-Unis (9,3). En Asie du sud-est, la Thaïlande est en tête avec 7,2 litres, suivie de l’Inde avec 5 litres. Dans la région du Pacifique, la Corée du Sud occupe la première place avec 11,9 litres, suivie de l’Australie (11,2 litres).

Selon le rapport, le Ghana est le seul pays d’Afrique qui a pris des mesures sérieuses permettant d’appliquer plus rigoureusement le règlement sanitaire international afin de réduire la mortalité dues aux maladies liées à l’abus d’alcool.