France – Afrique : Emmanuel Macron dévoile son Conseil présidentiel pour l’Afrique

Le président français Emmanuel Macron, lors d'une tournée en Europe de l'Est en août 2017. © Vadim Ghirda/AP/SIPA

C’était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron, la voilà tenue. Le président français a officialisé mardi la création du Conseil présidentiel pour l’Afrique, dont les membres, pour la plupart entrepreneurs, seront chargés de le conseiller sur sa politique africaine.

« Ce n’est ni un nouveau think tank, ni un fan club africain d’Emmanuel Macron », tient à préciser un proche de l’Élysée. Comme l’avait annoncé Jeune Afrique, le président français Emmanuel Macron a officialisé mardi 29 août, lors d’un discours face aux ambassadeurs français, un nouvel organe chargé de le conseiller : le Conseil présidentiel pour l’Afrique.

« Outil de concertation et d’aide à la décision directement rattaché au président », celui-ci est censé « donner un nouveau visage à la relation entre l’Afrique et la France ».  « Notre objectif était de créer quelque chose qui survivra au président Macron et qui aura donc une existence institutionnelle », confie-t-on dans l’entourage du chef de l’État.

Le CPA rencontrera notamment Emmanuel Macron avant chacun de ses déplacements en Afrique et travaillera également à l’élaboration des discours importants prononcés en rapport avec le continent. Son premier chantier : le discours de politique africaine que prononcera le président français en novembre et sur lesquels le CPA sera invité à collaborer.

Aller au-delà du sécuritaire

« Il y a une volonté d’élargissement des points de vue, qui doit nous permettre de ne pas nous limiter aux crises sécuritaires et migratoires mais de travailler sur le business ou l’environnement avec une approche continentale, en abandonnant la frontière du Sahara, qui devient de plus en plus artificielle », précise un connaisseur du dossier.

Le CPA, dont le bureau permanent se situera dans les locaux de l’Agence française de développement (AFD) ne devrait pas excéder la quinzaine de membres, tous bénévoles. Onze, parmi lesquels les entrepreneurs sont majoritaires, ont pour le moment été sélectionnés, notamment par le ministère des Affaires étrangères et son directeur Afrique, Rémi Maréchaux.

Le casting devrait donc être complété au gré des besoins. Les membres du CPA devront signer une charte de transparence censée éviter les problèmes de conflit d’intérêts, étant entendu qu’ils seront encouragés à conserver au maximum leur activité professionnelle habituelle. « Nous mettrons des garde-fous », assure l’Élysée.

Les membres du CPA :

 

 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici