Fermer

RDC – Glissement de terrain à Tara : au moins 200 disparus, le bilan provisoire s’alourdit

Le glissement de terrain s'est produit le 16 août 2017 aux abords du lac Albert, dans la province de l'Ituri, en RDC. © Google Maps

Une délégation du gouvernement congolais est attendue ce jeudi à Tara, dans le nord-est de la RDC, où un glissement de terrain a fait une "quarantaine de morts et au moins 200 disparus" le 16 août dernier, selon le nouveau bilan provisoire officiel.

« Prenant la mesure de la catastrophe, le président de la République [Joseph Kabila] a instruit le gouvernement de prendre toutes les dispositions nécessaires pour venir en aide à la population sinistrée », indique un communiqué officiel du cabinet du chef de l’État congolais, datant du 22 août, rendu publique le mercredi. Le texte précise également que Joseph Kabila « encourage les autorités locales et provinciales pour leurs efforts immédiats consentis dans l’urgence ».

À Tana, ce village congolais de pêcheurs situé sur une rive du lac Albert, à la frontière avec l’Ouganda, le premier bilan provisoire de l’éboulement des terres survenu le 16 août faisait état d’« au moins une centaine de corps ensevelis sous les décombres», selon Pacifique Keta, vice-gouverneur de l’Ituri, dans le nord-est de la RDC. Le chiffre d’au moins 140 morts était alors avancé.

Une quarantaine de corps retrouvés, 200 disparus

« Les autorités provinciales se sont rendues rapidement à Tara pour faire une première évaluation. Une délégation du gouvernement central, conduite par Emmanuel Ramazani Shadary, vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur, doit normalement arriver aujourd’hui [24 août] sur place pour apporter les premières solutions », fait savoir Lambert Mende, ministre de la Communication et des Médias.

Selon ce porte-parole du gouvernement congolais, il est encore difficile d’établir un bilan définitif. « Les recherches se poursuivent. Pour l’instant, au moins 200 personnes ne répondent pas à l’appel. Mais cela ne veut pas dire qu’elles sont toutes décédées, certaines se sont peut-être réfugiées ailleurs après l’éboulement des terres dans leur village », poursuit, prudent, le ministre qui avance la fourchette d’« une quarantaine de corps retrouvés ». Pour l’instant.

Car au ministère de l’Intérieur, on annonce un « nouveau bilan consolidé d’ici ce soir » : « Plusieurs personnes ont en effet été ensevelies, d’autres emportées dans le lac », confirme une source gouvernementale qui dit « [craindre] un bilan définitif beaucoup plus lourd ».