RDC : la SADC annonce l’envoi d’un émissaire spécial pour superviser le processus électoral

Par Jeune Afrique

Jacob Zuma assiste au Sommet extraordinaire sur l'industrialisation de chefs d'État et de gouvernement de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) à Harare, le 29 avril 2015. © TSVANGIRAYI MUKWAZHI/AP/SIPA

À l'issue d'une la réunion de la SADC (la communauté de développement d'Afrique australe) organisée à Pretoria, le président sud-africain Jacob Zuma a approuvé, dimanche, la nomination d’un envoyé spécial en République démocratique du Congo (RDC) qui aura pour mission "suivre le processus électoral".

Dans son discours de clôture du 37ème sommet de la SADC (la communauté de développement d’Afrique australe), qui s’est tenue à Pretoria, le président Jacob Zuma a approuvé, dimanche 20 août, la nomination d’un envoyé spécial en RDC « pour suivre le processus électoral ». Des consultations visant à déterminer l’identité de cet émissaire se tiennent actuellement.

Dans le discours, le président sud-africain précise que « les chefs d’État et de gouvernement ont réitéré, leur volonté collective de promouvoir la paix et la stabilité, car il s’agit d’un précurseur de la croissance économique et du développement ».

Impossible « de tenir des élections en décembre 2017 »

S’exprimant au nom des quinze chefs d’États présents au sommet qui a eu lieu du 10 au 20 août, à Pretoria, Jacob Zuma a également noté qu’il « ne serait pas possible de tenir des élections en RDC en décembre 2017, en raison d’un certain nombre de défis qui subsistent encore ». Il a par conséquent demandé à la commission électorale nationale indépendante de la RDC de faire connaître le calendrier électoral révisé.

 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici