L’ex-président allemand Köhler devient le nouvel émissaire de l’ONU pour le Sahara occidental

Par Jeune Afrique avec AFP

L'ancien président allemand Horst Koehler, lors des funérailles de l'ancien chancelier Helmut Schmidt, en novembre 2015. © Markus Schreiber/AP/SIPA

L'ancien président allemand Horst Köhler a été formellement nommé mercredi 16 août nouvel émissaire des Nations Unies pour le Sahara occidental. Il aura la lourde tâche de relancer les discussions entre le Maroc et le Front Polisario.

Le nom de Horst Köhler avait été annoncé début juin par l’ONU, après le départ en avril de son prédécesseur l’Américain Christopher Ross. Décrié par Rabat, qui le considérait en faveur du Front Polisario, Ross avait finalement jeté l’éponge sans être parvenu à faire revenir à la table des négociations les parties prenantes à ce conflit.

Un conflit vieux de plusieurs décennies

Économiste et ancien banquier, Horst Köhler a présidé l’Allemagne de 2004 à 2010, après avoir dirigé le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd). Un curriculum vitae qui lui sera utile pour convaincre le Maroc et le Polisario de trouver une issue au conflit vieux de plusieurs décennies qui les oppose.

Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental est depuis 1975 en grande partie sous contrôle du royaume chérifien, qui propose de lui accorder l’autonomie. Une position contestée par le Front Polisario, qui en réclame l’indépendance via un référendum organisé par l’ONU.  

Le Conseil de sécurité a adopté en avril une résolution exhortant le Maroc et le Front Polisario (soutenu par l’Algérie) à reprendre les négociations.