Libye : le maréchal Haftar rencontrera le ministre russe des Affaires étrangères à Moscou lundi

Par AFP

Libyan Army Chief Gen. Khalifa Haftar speaks during a press conference in Amman, Jordan, Aug. 24, 2015. Haftar is in Amman for an official visit. (Xinhua/Mohammad Abu Ghosh) /CHINENOUVELLE_2408.108/Credit:CHINE NOUVELLE/SIPA/1508242116 © SIPA

L'homme fort de l'Est libyen, Khalifa Haftar, était attendu à Moscou samedi mais ne rencontrera que lundi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, a annoncé Lev Dengov, à la tête du groupe russe de contact sur la Libye.

« Pour l’instant, la rencontre avec le ministre n’est confirmée que pour lundi », a déclaré Lev Dengov, cité par l’agence de presse russe Ria Novosti.

La réconciliation libyenne au menu des discussions

« Lors de cette réunion, les questions relatives à la réconciliation des parties en conflit (en Libye) seront évoquées », a-t-il affirmé, sans préciser la date de cette réunion, ni qui y participerait.

Fin juillet, Khalifa Haftar et Fayez al-Sarraj se sont mis d’accord sur une déclaration en dix points dans lesquelles ils s’engagent notamment à un cessez-le-feu et à organiser des élections le plus rapidement possible, lors d’une rencontre en région parisienne sous l’égide du président français Emmanuel Macron.

Cette déclaration de principes reste toutefois très vague et n’engage pas la myriade de milices plus ou moins alliées avec les deux rivaux libyens.

Quelles sont les intentions de Haftar ?

Le maréchal Haftar, revenu de vingt ans d’exil en 2011 au moment de la révolution libyenne, est soupçonné par ses détracteurs de vouloir prendre le pouvoir en Libye et de n’avoir aucune intention de se soumettre au pouvoir civil.

Fayez al-Sarraj, installé depuis mars 2016 à Tripoli à la suite d’un accord sous l’égide de l’ONU, peine à asseoir l’autorité de son gouvernement, alors que le pays, riche en pétrole, a sombré dans le chaos depuis la chute du colonel Kadhafi fin 2011.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici