Fermer

Nigeria : l’étau se resserre autour de l’ex-ministre du Pétrole Diezani Alison-Madueke

Diezani Alison-Madueke a été ministre du Pétrole de 2010 à 2015 sous la présidence de Goodluck Jonathan. © Ronald Zak/AP/SIPA

Le montant des sommes réclamées à l'ancienne ministre du Pétrole au Nigeria, Diezani Alison-Madueke, soupçonnée de malversations, a été réévalué à la hausse par la commission des crimes financiers et économiques (EFCC).

La Commission des crimes financiers et économiques au Nigeria (EFCC) a réévalué à la hausse le montant des biens et actifs soupçonnés d’avoir été illégalement acquis par l’ancienne ministre du Pétrole Diezani Alison-Madueke. Celui ci est désormais estimé à 665 millions de dollars.

Dans un communiqué publié sur le site de l’EFCC, mercredi 9 août 2017, la commission indique que des boîtes de bijoux en or, en argent et en diamant d’une valeur de plusieurs millions de livres ont été retrouvées dans une résidence de l’ancienne ministre, qui possède par ailleurs une douzaine de propriétés dans tout le pays, d’une valeur totale de plus de 500 millions de dollars.

Sur le fondement des preuves qu’elle a recueillies, l’EFCC a indiqué qu’elle saisirait les tribunaux fédéraux afin que ces biens soient confisqués.

Condamnation pour détournement de fonds

En parallèle de ces investigations, le juge auprès de la Cour suprême fédérale nigériane Chuka Obiozor a ordonné la confiscation d’une propriété appartenant à l’ancienne ministre du Pétrole, estimée à 37,5 millions de dollars et située dans le district de Banana Island, l’une des régions les plus huppées de Lagos. Pour le juge, cette propriété a été mal acquise.

L’ancienne ministre du Pétrole a déjà été inculpée en avril 2017 pour blanchiment d’argent et fraude électorale. Il lui a été reproché d’avoir versé des pots de vin à hauteur de 264,9 millions de nairas (780 000 euros) à trois membres de la Commission électorale nationale (Inec).

En février 2017, la justice nigériane a condamné Diezani Alison-Madueke, sur le fondement de détournements de fonds publics, au remboursement de 153,3 millions de dollars (140 millions d’euros) au gouvernement fédéral nigérian.

Nommé ministre du Pétrole en 2010 pour relancer le secteur pétrolier au Nigeria, cette proche de l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan a connu une descente aux enfers assez spectaculaire qui l’a conduit de la tête d’un puissant ministère aux tribunaux.

Diezani Alison-Madueke vit actuellement à Londres, où elle bénéficie d’une liberté provisoire accordée par la justice britannique suite à des soupçons de corruption.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro