Burkina : Djibrill Bassolé est finalement inculpé pour « trahison »

Par - à Ouagadougou

Djibrill Bassolé en Turquie en mai 2013. © Turkish Foreign Ministry, Cengiz Oguz Gumrukcu/AP/SIPA

Au Burkina Faso, le juge d'instruction en charge de l'enquête sur le coup d'État raté du général Gilbert Diendéré a finalement inculpé l'ancien ministre des Affaires étrangères de "trahison". Une décision qui soulage ses avocats pour qui Bassolé "n'a rien à craindre dans ce dossier".

Dans son ordonnance de règlement datée du 24 juillet dernier, le juge d’instruction abandonne la quasi totalité des charges – attentat à la sûreté de l’État, association de malfaiteurs, meurtre, coups et blessures volontaires – qui pesaient sur le général Djibrill Bassolé dans le cadre de l’enquête sur le coup d’État manqué de septembre 2015. Il n’est désormais accusé « que » de collusion avec des forces étrangères en vue d’attaquer le Burkina Faso. Une décision qui sonne pour l’ancien ministre des Affaires étrangères de Blaise Comparé et ses conseils comme une « victoire d’étape », en attendant que la chambre de contrôle ne donne son avis sur l’ordonnance du juge, ouvrant ou pas la voix à un éventuel procès qui devrait se tenir avant la fin de cette année.

Contacté par Jeune Afrique, un des avocats de Bassolé, qui a requis l’anonymat, se dit soulagé. « Il est évident que depuis le départ, Bassolé n’avait rien à voir avec le coup de force du régiment de sécurité présidentielle. Quand on regarde le dossier, le seul élément consistant pour l’accusation porte sur les écoutes téléphoniques. Malgré le fait que leur authenticité soit remise en cause et que l’on se sache pas d’où elles viennent, l’accusation à tenu mordicus à les avoir dans le dossier. Du coup, la seule charge solide sur laquelle l’accusation allait s’appuyer est bel et bien la trahison », déclare l’avocat.

« Guillaume Soro ne sera pas présent au procès »

Selon lui, le juge d’instruction fonde l’accusation sur la supposée conversation téléphonique entre Djibrill Bassolé et Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale ivoirienne. Or dit-il, une contre expertise réalisée par les conseils du général, qui n’a jamais été acceptée par le juge, révèle « qu’il ne s’agit pas d’une conversation téléphonique mais d’un montage ».

Si la chambre de contrôle est rigoureuse en droit, les supposées écoutes téléphoniques doivent être écartées du dossier », plaide l’avocat

Et de s’interroger : « Comment l’accusation va-t-elle continuer avec la charge de trahison alors que Guillaume Soro ne sera pas présent au procès ? Si la chambre de contrôle est rigoureuse en droit, les supposées écoutes téléphoniques doivent être écartées du dossier », plaide l’avocat.

Non-lieu pour deux proches de Bassolé

Fin juillet, le groupe de travail sur la détention arbitraire du Haut-commissaire aux droits de l’homme des Nations-Unies s’était prononcé en faveur d’une libération immédiate du général Bassolé. Jugeant  » arbitraire » l’arrestation et la détention de Bassolé, le groupe avait également préconisé qu’il soit traduit devant un tribunal civil.

Toujours dans le dossier putsch raté, deux proches de l’ancien ministre des Affaires étrangères, à savoir son frère Nicodeme Bassolé et son ex-directeur du protocole, Halidou Sawadogo, qui étaient sous le coup de poursuites judiciaires, viennent de bénéficier d’un non-lieu.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici