CAF : quand Hayatou répond à Ahmad à propos de la CAN 2019 au Cameroun

Par Jeune Afrique avec AFP

Issa Hayatou, en février 2016, à Zurich, en Suisse. © Michael Probst/AP/SIPA

L’ex-président de la CAF, Issa Hayatou, a réagi à la polémique au sujet de la CAN 2019 prévue au Cameroun.

« Il faut venir d’abord constater avant de sortir ce qu’il a sorti, a déclaré Issa Hayatou sur RFI, en parlant de son successeur Ahmah Ahmad. Avant d’ajouter: « À l’heure actuelle, le Cameroun a déjà cinq stades, on ne parle pas de ceux qui sont en train d’être construits. Personne ne peut dire que le Cameroun n’a rien fait. On peut compter le nombre de pays qui ont ce que nous avons là. Nous sommes en avance », a-t-il poursuivi.

Le Camerounais et ex-président de la CAF pendant 29 ans (de 1988 à mars 2017), n’a pas hésité à lancer des piques à l’actuel président de la CAF. « Il n’est pas obligé de faire ce que j’ai fait mais il est obligé de rester près de la logique et de la loi », a-t-il insisté.

« À l’heure où nous parlons, on a deux ans devant nous, on ne peut pas juger l’insuffisance du Cameroun à l’organisation de la CAN, deux ans avant. Il faut attendre que le délai arrive », a-t-il ajouté.

Les déclarations à l’origine de la polémique

Lundi, la Fécafoot, la fédération camerounaise, avait fait part de sa « profonde consternation » suite aux déclarations du président de la CAF qui avait indiqué que le Cameroun « n’était pas prêt » à accueillir la CAN en 2019, étendue de 16 à 24 équipes par une décision de la CAF prise le 20 juillet.

Il avait émis samedi l’hypothèse d’un « plan B », une « ouverture des procédures d’appel d’offres pour qu’il y ait d’autres pays qui participent » à l’organisation. Une mission d’inspection de la CAF doit se rendre au Cameroun du 20 au 28 août afin d’évaluer « si nous pouvons organiser cette CAN » dans le pays, avait précisé le président de la confédération.