Le message de Barack Obama aux politiciens et électeurs kényans

Par Jeune Afrique

Le président américain Barack Obama, ici lors du Salon Power Africa Innovation Fair de Nairobi le 25 juillet 2015. © Evan Vucci/AP/SIPA

L'ancien président américain Barack Obama a appelé lundi tous les Kényans à œuvrer pour des élections générales « pacifiques et crédibles ».

« J’appelle les dirigeants kényans à rejeter la violence et à respecter la volonté du peuple », a écrit Barack Obama à quelques heures du début du scrutin qui opposera le président Uhuru Kenyatta à Raila Odinga, déjà trois fois candidat malheureux.

Dix ans après les pires violences électorales de l’histoire du pays avec plus de 1 100 morts, Barack Obama interpelle les Kényans au calme pour des élections paisibles. « J’appelle tous les Kényans à s’engager pour des élections pacifiques et crédibles afin de renforcer la confiance dans votre nouvelle Constitution et dans l’avenir de votre pays », ajoute l’ancien président démocrate, qui a quitté le pouvoir en janvier.

« L’ensemble des Kényans seront perdants si le pays sombre dans la violence », martèle celui qui s’est rendu pour la première fois dans le pays de son père quand il avait 26 ans, à la recherche de ses racines. Et qui compte encore une grande partie de sa famille dans ce pays.

Des élections générales sous haute tension

Près de 20 millions de Kényans sont appelés aux urnes ce mardi 8 août pour choisir leur président, mais aussi leurs gouverneurs, leurs députés, les sénateurs et les élus locaux. Ces élections interviennent dans un climat tendu après les violences politico-ethniques de 2007-2008.

Soulignant que les Kényans connaissent mieux que personne « les souffrances inutiles » endurées lors de la crise de 2007, M. Obama appelle ces derniers à construire sur les avancées de ces dernières années « plutôt que de les mettre en danger ».

« Au cours des trois décennies écoulées depuis ma première visite au Kenya en 1987, j’ai été le témoin de vos progrès remarquables », insiste-t-il encore pour mieux souligner à quel point l’élection de mardi constitue une « étape cruciale » qu’il ne faut pas manquer.

Dans son message, l’ancien président réitère son affinité amicale envers les Kényans : « En tant qu’ami du peuple kényan, je vous appelle à travailler pour un avenir qui ne soit pas placé sous le signe de la peur et de la division mais celui de l’unité et de l’espoir », conclut-il.