États-Unis : le programme créé par Barack Obama pour les jeunes Africains perdure

Certains des étudiants africains sélectionnés dans le cadre du programme lancé par le président Obama, en 2014, à Washington. © Jacquelyn Martin/AP/SIPA

L’arrivée de Donald Trump à la Maison blanche en janvier n’a pas encore eu de conséquences palpables en matière de coopération américaine, vers l’international en général, et en direction du continent africain en particulier.

L’un des programmes phares lancé par le président Obama, le Young African Leaders Initiative (Yali), vient de démarrer et pour la quatrième année consécutive, 1 000 jeunes Africains sont arrivés fin juin aux États-Unis pour suivre un semestre dans l’une des nombreuses universités partenaires à travers le pays. Comme c’est le cas à la Florida International University (FIU) de Miami, où 25 jeunes en provenance de divers pays d’Afrique (Éthiopie, Nigeria, Comores, Sénégal, Côte d’Ivoire, Congo, Mauritanie…), viennent de commencer les cours.

Étudiants, chercheurs ou jeunes professionnels dans le secteur public ou privé, ils ont entre 25 et 35 ans et ont été sélectionnés pour leurs expertises et leurs potentiel. « C’est une belle opportunité académique à saisir pour ces jeunes gens et un très bon moyen pour les États-Unis de se constituer un réseau sur le continent », explique Percy Hintzen, professeur et directeur des études africaines à FIU.

Une rencontre avec Donald Trump ?

Détenteurs d’une bourse d’étude, les 1 000 étudiants vont suivre six semaines de cours dans le domaine des affaires et de l’entrepreneuriat, du leadership civique et de l’administration publique, avant de s’envoler mi-août pour le quatrième sommet du Mandela Washington Fellowship qui se déroule dans la capitale fédérale américaine. Ils auront peut-être l’occasion d’y croiser le président Trump si ce dernier décide d’y assister − comme le faisait à chaque édition son prédécesseur.

Les étudiants africains regagneront ensuite leurs campus respectifs pour six semaines supplémentaires, avant de repartir dans leurs pays où ils bénéficieront toujours du réseau Yali ainsi que des facilités offertes par l’Usaid, partenaire privilégié de cette initiative qui rencontre un véritable succès depuis son lancement. Plus de 64 000 jeunes avaient envoyé début 2017 leur dossier pour participer à cette édition.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici