Fermer

L’actu du 31 juillet en direct : Joyce Banda, manifestations en RDC, crise en Libye…

Par Jeune Afrique avec AFP

Chaque jour, suivez notre fil actu. © Jeune Afrique/Piktochart

Retrouvez toutes les informations de ce lundi 31 juillet dans notre fil d'actualité en direct.

19h40 – Les autorités du Malawi émettent un mandat d’arrêt contre l’ex-présidente Joyce Banda

Selon l’AFP, elle est accusée d’être impliquée dans un gigantesque scandale de corruption dit du Cashgate qui avait secoué le pays en 2013 − et vidé ses caisses − mais aussi précipité sa défaite face à Peter Mutharika aux élections de 2014. On lui reproche plus précisément des faits d’abus de pouvoir et de blanchiment d’argent. C’est pour qu’elle soit interrogée sur ces crimes supposés que l’ex-présidente est depuis ce lundi sous le coup d’un mandat d’arrêt. Elle a quitté le pays après sa défaite électorale en 2014 et vivrait désormais, selon la presse malawite, aux États-Unis.


18h45 – Libye : Fayez al-Sarraj appelle à organiser un référendum, après le vote du projet de nouvelle Constitution

Long de 197 articles, le texte a été voté à une écrasante majorité par l’Assemblée constituante samedi 29 juillet à Al-Baida, malgré l’irruption momentanée de protestataires dans l’enceinte du bâtiment. Sur la page Facebook du Gouvernement d’union nationale en Libye, son chef Fayez al-Sarraj s’est félicité du vote et a insisté sur la nécessité que « les libertés d’opinion et d’expression soient respectées par tous ». Il a ainsi appelé la classe politique à « créer un climat adéquat » pour soumettre à référendum le projet de Constitution.


18h05 – Lutte anti-jihadiste : la France fait le point avec ses alliés africains

En déplacement à N’Djamena, la ministre française des armées Florence Parly a commencé lundi à « faire le point » avec trois de ses partenaires africains (Tchad, Niger, Mali) sur la mise en place de la forte anti-jihadistes dans la bande sahélienne.

Avec l’appui de la France, les dirigeants des pays du G5 Sahel (Mauritanie, Burkina Faso, Tchad, Niger, Mali) avaient acté, lors du sommet de Bamako le 2 juillet, la création de cette force, qui doit commencer son déploiement entre septembre et octobre.


15h00 – Somalie : douze soldats de l’armée ougandaise ont été tués dimanche par les Shebab

L’armée ougandaise (UPDF) a annoncé ce lundi 31 juillet avoir perdu douze soldats œuvrant dans le cadre de la mission de l’Union africaine en Somalie (Amisom), lors d’une embuscade menée dimanche 30 juillet par les islamistes somaliens Shebab dans le sud du pays.

Les Shebab, affiliés à Al-Qaïda, avaient affirmé avoir tué dimanche dans une embuscade 39 soldats de l’Amisom, dans la région de la Basse-Shabelle, exagérant le bilan de leur attaque. Sept soldats de l’UPDF ont été blessés dans l’embuscade mais sont saufs.


13h38 –  Mobilisation anti-Kabila en RDC : des manifestants interpellés à Goma

Des affrontements avec les forces de l’ordre et des interpellations ont émaillé le début des « marches pacifiques » organisées lundi dans toute la RDC à l’appel du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha). Leur mot d’ordre ? « Dire non à la présidence à vie de Joseph Kabila et exiger les élections avant la fin de cette année. »

Une dizaine d’entre eux ont été interpellés par la police à Goma (est du pays), d’après un correspondant local de l’AFP. Sur son compte Facebook, la Lucha indique pour sa part un bilan provisoire d’une cinquantaine d’arrestations à Goma et d’une quinzaine à Kinshasa.


12h30 – Doha accuse Riyad de faire obstacle au pèlerinage des Qataris à La Mecque

Les autorités qataries ont accusé dimanche 30 juillet Riyad, en crise ouverte avec Doha, de « mêler » politique et religion et de mettre en péril le grand pèlerinage (hajj) des Qataris à la Mecque en refusant de garantir leur sécurité. L’Arabie saoudite a imposé des sanctions au Qatar, dont la fermeture de son espace aérien, depuis qu’elle a rompu le 5 juin, en même temps que les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte, avec l’émirat gazier, accusé de soutenir des groupes extrémistes et de se rapprocher de l’Iran chiite, le grand rival du royaume sunnite.

Riyad a toutefois assuré le 20 juillet que les ressortissants qataris voulant se rendre à La Mecque étaient les bienvenus, mais a assorti leur venue de certaines restrictions. Le ministère qatari des Affaires islamiques se plaint, dans un communiqué publié dimanche soir par l’agence officielle Qatar News Agency (QNA) que Riyad « a refusé de communiquer au sujet de la garantie de la sécurité des pèlerins (qataris) et de l’assistance pour leur Hajj ».


12h10 – Côte d’Ivoire : fin des 8e jeux de la Francophonie à Abidjan

Les huitièmes jeux de la Francophonie se sont achevés dimanche 30 juillet à Abidjan, la capitale économique ivoirienne, au cours d’une cérémonie qui a réuni plusieurs milliers de personnes dans l’enceinte du village des athlètes et artistes. Le vice-président ivoirien Daniel Kablan Duncann, présent, s’est félicité de « ce grand et beau succès ». Ouverts vendredi dernier, les huitièmes jeux de la Francophonie ont réuni près de 4000 athlètes et artistes francophones dans la capitale économique ivoirienne.

Ces jeux, qui ont lieu tous les quatre ans, combinent des épreuves sportives et des concours culturels, ouverts aux 18-35 ans. Ils visent à promouvoir les talents de la jeunesse francophone. Pour la Côte d’Ivoire, ces jeux font aussi figure de test avant la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football qui se déroulera en 2021.


11h55 – Somalie : les Shebab affirment avoir tué 39 soldats africains

Les islamistes somaliens Shebab ont affirmé dimanche 30 juillet avoir tué 39 soldats appartenant à la force de l’Union africaine (Amisom) au cours d’une embuscade dans le sud du pays. Les affirmations d’un porte-parole des islamistes liés à Al-Qaïda sur les ondes d’une radio liée au groupe n’ont pu être vérifiées dans l’immédiat.

Des résidents de la région ont cependant confirmé à l’AFP que des combats avaient eu lieu dimanche dans la région de la basse Shebelle, où les Shebab affirment avoir tendu cette embuscade. « Les combattants moudjahidine se sont placés au-dessus des corps de 39 soldats, dont de haut commandants », a déclaré le porte-parole, Abdiaziz Abu Muzab, à la radio Andalus.


11h35 – Début de la tournée africaine de la ministre française des armées Florence Parly au Tchad

La ministre française des Armées Florence Parly a commencé dimanche 30 juillet une tournée africaine au Tchad où elle a assuré les militaires français engagés dans l’opération anti-jihadiste Barkhane qu’ils auront « les moyens nécessaires à l’exécution » de leur mission. « Je veux vous le dire, car vous avez sans doute eu écho de récents débats parisiens », a-t-elle ajouté devant le commandant de l’opération Barkhane, établie à N’Djamena pour lutter contre les jihadistes en soutien avec les pays de la bande sahélo-saharienne, à propos des économies de 850 millions d’euros demandées à la Défense en 2017.

Florence Parly doit s’entretenir ce lundi 31 juillet avec le président Idriss Déby Itno, puis au Niger avec le président Mahamadou Issoufou et au Mali avec le président Ibrahim Boubacar Keïta, selon un communiqué du ministère. La ministre effectuera une partie de ce déplacement conjointement avec son homologue allemande, Ursula von der Leyen, un déplacement durant lequel elles rappelleront leur appui à la force du G5 Sahel.


10h25 – Notre interview de l’opposant gabonais Jean Ping : « Je me battrai jusqu’à la mort »

Le 24 septembre 2016, la Cour constitutionnelle du Gabon validait la réélection d’Ali Bongo Ondimba à la présidence de la République, sous les protestations de l’opposition. Dix mois plus tard, il se revendique toujours président élu du Gabon. La coalition qui l’a soutenu lors de la présidentielle a beau s’effriter, il est persuadé que le temps joue pour lui et que son rival finira par quitter le pouvoir. Sous les ors du palace parisien où nous l’avons rencontré, l’ancien président de la Commission de l’Union africaine (de 2008 à 2012), âgé de 74 ans, affirme vouloir se battre « comme un lion ».


10h05 – Législatives au Congo-Brazza : victoire assurée pour le parti de Denis Sassou Nguesso, quelques incidents à l’issue du second tour

Près d’un an et demi après sa propre réélection, le président du Congo-Brazzaville Denis Sassou-Nguesso devrait de nouveau disposer d’une majorité confortable à l’Assemblée au terme du second tour des élections législatives qui se tenait ce dimanche 30 juillet.

Dans la soirée, le dépouillement dans un grand bureau de Brazzaville donnait 362 votants sur 999 inscrits, avec 251 voix pour le candidat du PCT, 103 pour son adversaire et huit bulletins nuls, a constaté un correspondant de l’AFP.


9h45 – Sénégal : les électeurs dans l’attente des résultats des législatives

Les Sénégalais élisaient dimanche 30 juillet leurs députés, lors d’un scrutin test à 18 mois de la prochaine élection présidentielle, à l’issue d’une campagne émaillée de violences. Ils ont eu à choisir, lors de cet unique tour, leurs 165 députés (105, dont les 15 de la diaspora, au scrutin majoritaire ; 60 autres à la proportionnelle) sur un nombre record de listes : 47, contre 24 en 2012.

Selon les premières estimations des médias sénégalais pour ces élections législatives de 2017, la liste du maire de Dakar Khalifa Sall – opposition – aurait pris une avance significative dans la capitale, tandis que celle de la majorité présidentielle de Macky Sall l’emporterait parmi la diaspora.


9h30 – Notre sélection des 10 infos à connaître pour débuter la journée, c’est ici : JA, la newsletter du 31 juillet.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro