Fermer

Algérie : décès de Redha Malek, négociateur des Accords d’Évian

Par AFP

Redha Malek, membre de la délégation FLN pendant les Accords d'Évian, il a été premier ministre de l'Algérie du 21 août 1993 au 11 avril 1994. © Omar Sefouane pour JA.

Redha Malek, membre de la délégation algérienne lors des Accords d'Évian en mars 1962, est mort samedi à 86 ans, a annoncé la télévision algérienne.

Il était le dernier Algérien encore en vie ayant négocié ce texte historique qui a mis fin à la guerre d’Algérie.

Après l’indépendance de l’Algérie le 5 juillet 1962, M. Malek a mené une longue carrière diplomatique. Il fut tour à tour ambassadeur à Paris, Londres, Moscou, Washington, Belgrade et a été ministre des Affaires étrangères.

Un « patriote éclairé »

Il a également été l’un des principaux négociateurs lors de la crise des otages américains en Iran en 1980.

« L’Algérie perd un témoin de son siècle, un patriote éclairé », a déclaré à l’AFP Abdelaziz Rahabi, diplomate et ancien ministre de la Communication. « C’est un des bâtisseurs du socle de la diplomatie algérienne. »

Redha Malek a été membre du Haut comité de l’Etat (HCE), une instance collégiale qui a dirigé l’Algérie de 1992 à 1994. Il a également été Premier ministre de 1993 à 1994 avant de fonder un parti politique, l’Alliance nationale Républicaine (ANR), en 1995.

Auteur de plusieurs livres, il était partisan de la séparation du pouvoir et du religieux.

Redha Malek sera inhumé dimanche au carré des martyrs au cimetière d’El Alia, à Alger.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro