Côte d’Ivoire : le ministre de l’Intérieur annonce l’arrestation des assaillants présumés de l’école de police d’Abidjan

Des gendarmes ivoiriens à Abidjan, en octobre 2015. © Schalk van Zuydam/AP/SIPA

Moins d’une semaine après les tirs entendus à l’école nationale de police d’Abidjan et l'attaque de la gendarmerie d’Azaguié, les autorités ivoiriennes ont annoncé ce mardi l’interpellation de cinq assaillants présumés.

Parmi eux, d’ex-combattants démobilisés et des militaires en service dans l’unité mixte d’élite dénommée le Centre de commandement des décisions opérationnelles (CCDO). À l’occasion de cette annonce, Hamed Bakayoko, le ministre de la Défense et numéro deux du gouvernement, avait réuni à son cabinet du quartier du Plateau à Abidjan, son collègue de l’Intérieur et de la Sécurité Sidiki Diakité, ainsi que Youssouf Kouyaté, commissaire divisionnaire et directeur général de la police, le général Nicolas Kouakou, commandant supérieur de la gendarmerie, et le général Sékou Touré, chef d’état major des armées.

Objectif : procéder au débriefing de l’enquête concernant les événements survenus le 19 et le 21 juillet face à la presse, également conviée. Et par la même occasion, permettre à Sidiki Diakité, nouveau venu dans le gouvernement, de faire son baptême du feu face aux journalistes sous le regard de son prédécesseur.

Les armes récupérées

Youssouf Kouyaté, le patron de la police, a planté le décor, avec la lecture d’un communiqué revenant sur les circonstances et le mode opératoire des assaillants. « Le 19 juillet aux alentours de 22 heures, ont profité du retour des élèves permissionnaires de l’Ecole de Police, pour s’infiltrer dans l’école et ont attaqué la base du CCDO. Ils ont emporté des armes et se sont dirigé vers Yopougon. »

Ces attaques sont le fait de nostalgies des moments de soubresauts

Puis d’une voix assurée et calme, Sidiki Diakité a annoncé que cet événement était lié à l’attaque du 21 juillet à Azaguié. « Ces attaques sont malheureusement, malgré les appels à la réconciliation, le fait de personnes nostalgiques des moments de soubresauts. Il y a eu une perte en vie humaine et un blessé. Toutes les armes emportées ont été récupérées » a précisé le ministre de la Sécurité, avant d’adresser une sévère mise en garde.

«Il y a de nouvelles mesures de sécurité, chaque problème apporte une riposte appropriée, chaque fois que des personnes voudront réagir, elles trouveront en face des réactions proportionnées. »