Centrafrique : un Casque bleu marocain tué dans une embuscade à Bangassou

Par Jeune Afrique avec AFP

Des Casques bleus de la Minusca, à Bangui, en Centrafrique. © Andrew Medichini/AP/SIPA

Un Casque bleu marocain a été tué dimanche à Bangassou, dans le sud-est de la Centrafrique, lors de l’attaque d’un convoi militaire de la Minusca par de présumés anti-Balaka. Trois autres soldats des Nations unies ont également été blessés.

« Un convoi militaire de la Minusca a été la cible d’une embuscade tendue par des anti-Balaka dimanche 23 juillet à Bangassou », indique la force onusienne dans un communiqué publié le même jour.

« L’attaque a eu lieu alors que les Casques bleus du contingent marocain escortaient les camions-citernes qui se ravitaillaient en eau dans le fleuve pour les besoins humanitaires de la ville », précise la Minusca, qui présente ses « condoléances à la famille, au peuple et au gouvernement du Royaume du Maroc ».

Lourd tribut pour les Casques bleus marocains

Cette embuscade survient après une nouvelle flambée de violences ces derniers jours à Bangassou, une localité située à la frontière avec la République démocratique du Congo. Plus tôt dimanche, la Minusca avait condamné « l’attaque par des éléments anti-Balaka contre le site de la cathédrale où résident actuellement de nombreuses personnes déplacées », précisant que deux enfants avaient été grièvement touchés. 

Vendredi 21 juillet, une patrouille de Casques bleus avait également été prise à parti par des tirs attribués à des groupes armés anti-Balaka. « Les Casques bleus ont riposté, avec un mort [parmi les assaillants] », avait déclaré samedi à l’AFP Hervé Verhoosel, le porte-parole de la Minusca.

Depuis le début de l’année, plusieurs Casques bleus marocains avaient déjà été tués à Bangassou et sa région, notamment en mai, lors de violences qui avaient fait au moins 26 morts d’après la Minusca. La Croix-rouge centrafricaine avait pour sa part avancé le chiffre de 115 morts.