Fermer

RDC : qui est Sylvano Kasongo Kitenge, le nouveau chef de la police de Kinshasa ?

Des patrouilles de police à Kinshasa, le 19 décembre 2016. © John Bompengo/AP/SIPA

Joseph Kabila a opéré de grands changements au sein de l'armée et de la police ces derniers jours. À la tête de la police kinoise, Sylvano Kasongo Kitenge remplace Célestin Kanyama. Que sait-on de lui ?

Comme en football, en politique, le temps additionnel est déterminant. À quelques mois de la tenue des élections, selon les dates prévues par l’accord de la Saint-Sylvestre, Joseph Kabila dont le mandat a pris fin le 19 décembre 2016, a réalisé des changements au sein de l’armée et de la police. Lundi 17 juillet, il a notamment remplacé l’ancien chef de la police de Kinshasa, Célestin Kanyama, par Sylvano Kasongo Kitenge.

Jusque-là méconnu du grand public, le nouveau commandant de la police de Kinshasa était il y a encore quelques semaines commandant de l’Unité de protection des Institutions et des hautes personnalités. Contacté par Jeune Afrique, Sylvano Kasongo Kitenge a tenu à « se renseigner » avant de répondre à nos questions.

Se renseigner, justement : cet officier de la police également connu pour être un proche du général Jean-Claude Kifwa Kambili, le fait depuis plus de 20 ans. Ancien commandant en second de la légion nationale chargé des Opérations et renseignements, il a toujours navigué dans les services de la sécurité intérieure.

En 1997, il est l’informateur de Laurent Désiré Kabila

Un an avant la prise du pouvoir de Laurent Désiré Kabila, Sylvano Kasongo Kitenge évolue dans la brigade spéciale des recherches et surveillance (BSRS) en tant qu’informateur civil lorsque la progression de l’AFDL devient de plus en plus certaine.

À cette période, il « met en avant sa proximité affective avec Laurent Désiré Kabila, qu’il est parti rencontrer à Goma, pour ensuite lui servir d’agent double à Kinshasa », rappelle Jean-Jacques Wondo. Il a donc participé à l’arrivée au pouvoir du père de Joseph Kabila.

Sur ce point, le nouveau chef de la police de Kinshasa ne s’étale pas : « J’ai rencontré Laurent Désiré Kabila à Goma. » C’est d’ailleurs dans cette ville du Nord-Kivu que l’embryon de la police nationale congolaise a commencé à prendre corps. « C’est là que nous avons commencé à réfléchir sur sa création », a confirmé le haut gradé par téléphone.

Il entre en fonction dans une période délicate, alors que la tenue des élections d’ici la fin de l’année est de moins en moins probable

Cet ancien collaborateur de Gaëtan Kakudji et de Jeannot Mwenze Kongolo − des proches de Kabila père, écartés depuis par son fils − entre en fonction dans une période délicate. La tenue des élections d’ici la fin de l’année est de moins en moins probable, selon la Commission électorale nationale indépendante, et l’opposition tente de sensibiliser la population à son combat via des manifestations. Elle exige le départ de Joseph Kabila à la fin de l’année 2017.

Il n’est pas particulièrement proche de Célestin Kanyama

Sylvano Kasongo Kitenge poursuivra-t-il ou pas le mode opératoire de son prédécesseur, Célestin Kanyama, surnommé « Esprit de mort » à cause de la « répression disproportionnée » des manifestations organisées par l’opposition dans la capitale congolaise et de ses techniques de « maintien de l’ordre » pour le moins considérées comme musclées. Pour Jean-Jacques Wondo, chercheur congolais qui suit de près l’évolution des forces armées congolaises (FARDC), Célestin Kanyama et Sylvano Kasongo Kitenge n’ont jamais été proches.

Sylvano Kasongo Kitenge est originaire de Manono, dans l’ex-Katanga, province natale de Laurent Désiré Kabila. Il est Mulubakat [originaire du nord du Katanga, comme la famille Kabila, NDLR], issu d’un groupe dont les membres « réclament naturellement les postes de sécurité en RDC à cause de leur proximité avec Joseph Kabila », explique le chercheur. Son prédécesseur, le général Célestin Kanyama, était quant à lui originaire de la province du Kasaï.

Ses méthodes « conviviales » sont reconnues

Il y a quelques mois, il figurait sur la liste signée par le Chef de l’État des officiers supérieurs de la police de la RDC gratifiés du titre honorifique de « grand officier » de l’ordre des héros nationaux Kabila-Lumumba. « Par rapport à cette période d’incertitude et d’insécurité en RDC mais aussi dans la capitale, Joseph Kabila a placé une personne qui est prête à mourir pour lui », interprète le chercheur Jean-Jacques Wondo.

Le nouveau visage de la police à Kinshasa semble être un habitué des situations difficiles

Depuis trois mois, il y a eu en RDC des attaques successives dans les commissariats et prisons d’où des centaines de détenus se sont évadés. Le nouveau visage de la police à Kinshasa semble être un habitué des situations difficiles. « Il fait partie des personnes qui ont éradiqué les Kuluna [bandes de jeunes brigands qui terrorisent la capitale congolaise, NDLR] dans le district de Mont-Amba à Kinshasa, explique Gecoco Mulumba, député de ce district depuis les législatives de 2011. Selon lui, Sylvano Kasongo Kitenge « avait des méthodes conviviales pour approcher les jeunes gens de la commune de Kingabwa et dialoguer très souvent avec eux pendant la période électorale de 2006 ».

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro