L’actu du 21 juillet : première sortie de Nkurunziza depuis 2015, manifestation à Al Hoceïma, Guillaume Soro…

Par Jeune Afrique

Tous les jours, suivez notre fil actu. © Jeune Afrique/Piktochart

Retrouvez toutes les informations de ce vendredi 21 juillet dans notre fil d'actualité en direct.

19h30 – Cameroun : Amnesty International accuse l’armée camerounaise de torture dans la lutte contre Boko Haram

Basé sur plusieurs dizaines de témoignages et images satellitaires, un rapport d’Amnesty International rendu public le 20 juillet dénonce des crimes de guerres perpétrés par les forces de sécurité camerounaises dans leur lutte contre Boko Haram. Selon l’organisation, des personnes accusées sans preuves apparentes seraient ainsi fortement violentées voire torturées à mort. Le colonel Didier Badjek, porte-parole des forces armées camerounaises, rejette en bloc ces accusations. « C’est un rapport scandaleux tant l’acharnement à nuire à l’État camerounais est visible. Nous avons relevé [dans le rapport] de nombreuses incohérences, des aberrations injustifiables que nous nous réservons le droit de révéler au grand jour. »


17h30 – Algérie : les sociétés locales inquiètent de la multiplication des barrières à l’importation

Destinées à préserver les devises de l’Algérie, les restrictions croissantes aux importations nuisent paradoxalement aux sociétés locales, selon experts et chefs d’entreprise, qui craignent fermetures d’usines et pertes d’emploi. « Le gouvernement entendait réduire de 10 milliards de dollars la facture des importations pour 2017. Or, cet objectif est loin de se concrétiser, selon les dernières statistiques douanières », explique notamment l’économiste Mouloud Hedir.


17h – RD Congo : au mois 750 millions de dollars de recettes minières du pays auraient été détournés sur trois ans

Un rapport de Global Witness – rendu public ce vendredi 21 juillet – révèle qu’entre 2013 et 2015 plus de 750 millions de dollars versés par des entreprises minières aux administrations fiscales et entreprises minières publiques de la RD Congo ont échappé au Trésor public. Cette somme représenterait, selon Global Witness, entre 30 et 40% des recettes minières normalement perçues par le pays. Le rapport de l’ONG s’appuie sur les données de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (Eiti), une norme internationale destinée à promouvoir la gestion transparente et responsable du pétrole, du gaz et des ressources minières.

RDC : pour Global Witness, les organismes d’État sont co-responsables de la fuite des capitaux


15h – Yémen : l’ONU accuse la coalition conduite par l’Arabie saoudite d’avoir bombardé des civils

Le Haut-Commissariat aux droits de l’Homme de l’ONU a accusé ce vendredi la coalition dirigée par l’Arabie saoudite d’avoir bombardé un camp de déplacés dans la région de Mawza, près de Taëz, dans le sud-ouest du Yémen. Dix-huit personnes ont été tuées, selon l’ONU. « Il ne semble pas y avoir un quelconque objectif militaire à proximité immédiate des maisons détruites », souligne le communiqué du Haut-Commissariat aux droits de l’Homme. Depuis trois ans, les forces fidèles au gouvernement yéménite – alliées à la coalition arabe menée par l’Arabie saoudite impliquée dans le conflit depuis un peu plus de deux ans – affrontent les rebelles houthis (chiites), soutenus par l’Iran et des éléments de l’armée yéménite restés fidèles à l’ancien président, Ali Abdallah Saleh. Les Nations unies et des ONG pointent régulièrement la situation humanitaire critique pour les civils.


14h20 – Maroc : un manifestant d’Al-Hoceïma dans le coma

Un manifestant qui participait au rassemblement – interdit par les autorités – de ce jeudi 20 juillet à Al-Hoceïma est dans le coma, ont annoncé les autorités locales, citées par l’agence de presse marocaine MAP. Le blessé a été hospitalisé dans la nuit de jeudi à vendredi suite à une blessure à la tête « due à des jets de pierres », ont affirmé les autorités marocaines. Une enquête a été ouverte.
Plusieurs dizaines de personnes ont été blessées, jeudi, lors d’affrontements entre manifestants et force de l’ordre à Al-Hoceïma, épicentre du mouvement « Hirak », en cours dans le Rif marocain depuis huit mois.


13h – [Enquête] Les joueurs de football professionnels africains au régime sec

Dans l’imaginaire collectif, le footballeur professionnel gagne (très) bien sa vie et bénéficie de multiples avantages qui ne l’autorisent pas à se plaindre. Mais loin du rêve doré, des milliers de joueurs professionnels du continent africain font face à la précarité. Des milliers sont concernés par des conditions de travail souvent compliquées, parfois infernales, et contre lesquelles se bat comme il peut le syndicat qui défend leurs intérêts. Rares sont ceux qui osent prendre ouvertement la parole. Certains l’on pourtant fait, pour Jeune Afrique.

⇒ Football : les joueurs professionnels africains au régime sec


11h – Côte d’Ivoire : Guillaume Soro demande pardon aux Ivoiriens et à Laurent Gbagbo

« Aujourd’hui, la Côte d’Ivoire a plus que besoin de pardon et de réconciliation. Je veux demander pardon aux Ivoiriens pour tout ce que j’ai pu faire […] à ce peuple qui a tant souffert. Je demande pardon à mes aînés […] et même au président Laurent Gbagbo », a déclaré à l’AFP le président de l’Assemblée nationale ivoirienne et ex-chef de la rébellion.


10h40 – Maroc : des dizaines de blessés après des rassemblements dispersés par les forces de l’ordre à Al Hoceïma

Malgré l’interdiction des autorités, les sympathisants du Hirak (nom donné localement au mouvement de protestation qui agite le Rif, NDLR) avaient maintenu leur appel à une grande marche ce jeudi pour réclamer la libération de leurs compagnons. « Soixante-douze éléments des forces publiques ont été blessés […] suite à des jets de pierres […] onze personnes parmi les manifestants suite à l’usage du gaz lacrymogène », a indiqué dans la soirée la préfecture d’Al Hoceïma, citée par l’agence de presse officielle MAP.


10h25 – Burundi : Pierre Nkurunziza sort du pays pour la première fois depuis le putsch de mai 2015

La Tanzanie : c’est la destination choisie par Pierre Nkurunziza pour effectuer sa première sortie en dehors du Burundi depuis deux ans. Une visite éclair, qu’il vient d’effectuer ce jeudi 20 juillet, et marquée par un discours ferme, tenu conjointement avec son homologue tanzanien John Pombe Magufuli, envers les réfugiés burundais invités à regagner le bercail. « La paix est revenue. Il faut rentrer », ont-ils tous les deux martelé.


10h15 – Jeux de la francophonie : 53 nations et 4 000 athlètes attendus à Abidjan

Les huitièmes jeux de la francophonie débutent ce vendredi alors que les inquiétudes restent fortes quant à la situation sécuritaire dans le pays. Depuis la fin de la crise en 2011, c’est la première fois que le pays accueille un événement international de cette importance. 4 000 athlètes venus de 53 pays sont attendus pour s’affronter sur un terrain tant sportif que culturel.

Chez plusieurs responsables sécuritaires, la crainte de nouvelles violences est forte durant ces jeux. 10 000 policiers, gendarmes et militaires ont été déployés pour tenter d’éviter tout incident.


9h55 – Soudan du Sud : les États-Unis proposent une « dernière chance » de sauver l’accord de paix

Les États-Unis ont prévenu jeudi le Soudan du Sud qu’un nouveau plan de paix, visant à consolider l’accord de paix non respecté de 2015, représentait « la dernière chance » pour Djouba de mettre fin à la guerre civile qui déchire le pays depuis quatre ans. Washington commence à s’impatienter du manque de résultats des dirigeants sud-soudanais, qui ont obtenu leur indépendance du Soudan il y a six ans, fortement soutenus par les États-Unis.


9h40 – Libye : l’ANL de Haftar nie avoir commis des exécutions sommaires

L’Armée nationale libyenne (ANL) du général Khalifa Haftar, principal groupe armé présent dans l’est de la Libye , a rejeté jeudi des accusations selon lesquelles ses troupes auraient participé à des actes de torture ou des exécutions sommaires. Les Nations unies ont appelé mardi l’ANL à enquêter sur ces accusations, relayées notamment par plusieurs vidéos. « Nous affirmons qu’il n’y a aucune vérité dans ces déclarations sur la torture ou le meurtre de prisonniers », a déclaré le porte-parole de l’ANL.


9h30 – Notre sélection des 10 infos à connaître pour débuter la journée, c’est ici : JA, la newsletter du 21 juillet.