Six étudiants burundais « portés disparus » après une compétition aux États-Unis

Par Jeune Afrique avec AFP

Les six adolescents burundais, « portés disparus » depuis le 18 juillet aux États-Unis. © DR / First Global Challenge

La police de Washington a lancé un appel à témoin après la disparition de six étudiants burundais qui étaient venus aux États-Unis pour participer au First Global Challenge, une compétition de robotique destinée aux étudiants du monde entier.

Les six adolescents, quatre garçons et deux filles, sont « portés disparus » depuis le mardi 18 juillet, mais la police de Washington n’a rendu l’information publique que ce jeudi 20 juillet, après avoir été alertée par les organisateurs de l’événement auquel ils participaient. Organisateurs qui ont indiqué à l’AFP avoir prévenu la police lorsque le responsable de l’équipe burundaise s’est aperçu de leur disparition.

Dans un message sur Twitter, la police de Washington, qui diffuse les photographies des six jeunes gens, demande la collaboration des internautes pour obtenir des informations.

Fuite vers le Canada

Ces six jeunes gens sont les membres de l’équipe burundaise qui participait au « First Global Challenge », une compétition de robotique mettant aux prises les meilleurs étudiants en sciences et technologies du monde entier. Tous sont détenteurs d’un visa leur permettant de rester un an aux États-Unis, selon l’encadreur de l’équipe. Selon NBC, deux d’entre eux – un garçon de 16 ans et une fille de 17 ans – ont été vus en train de traverser la frontière vers le Canada. Une information confirmée par la police de Washington, qui dit mener l’enquête, sans vouloir en dire plus.

Sur la page du First Global Challenge dédiée à leur équipe, on peut voir le groupe, souriant et apparemment joyeux, entourant le drapeau du Burundi. Ils sont présentés comme une équipe « très forte, du fait de la méthode de sélection ».  Pendant les épreuves, leur slogan était « Ugushaka Nugushobora », soit, en kirundi, la langue nationale au Burundi, « là où il y a la volonté, il y a les capacités ».

Un pays plongé dans la crise

Le Burundi est plongé dans une grave crise politique, marquée par de nombreuses violences, depuis avril 2015, lorsque Pierre Nkurunziza a annoncé son intention de briguer un troisième mandat. Avant et après l’élection de juillet 2015, des manifestations avaient alors été violemment réprimées et un coup d’État manqué en mai 2015 avait fait basculer le pouvoir dans une répression systématique.

L’ONU et des organisations de défense des droits de l’Homme accusent Bujumbura de graves violations des droits, certaines voix mettant même en garde contre un risque de génocide. Le gouvernement burundais a pour sa part toujours réfuté ces accusations, les qualifiant notamment de « tentative de division du peuple burundais », de « fabrication » et de « médisance ».