L’actu du 20 juillet : manifestation à Al Hoceïma, un mort à Yopougon, procès Katumbi…

Par Jeune Afrique

Tous les jours, suivez notre fil actu. © Jeune Afrique/Piktochart

Retrouvez toutes les informations de ce jeudi 20 juillet dans notre fil d'actualité en direct.

 

20h30 –  Guinée : trois disparus suite à l’éboulement d’une mine d’or

Trois orpailleurs ont été tués jeudi en Guinée dans un éboulement survenu dans une mine d’or dans le nord-est du pays, a-t-on appris de sources de sécurité et hospitalière.  L’éboulement pourrait avoir été provoqué par les pluies très abondantes depuis une semaine dans la région de Siguiri. Cette zone accueille de nombreux orpailleurs clandestins, en dépit de l’interdiction de l’exploitation artisanale par les autorités guinéennes.


 

19h30 – Maroc : les forces de l’ordre dispersent les manifestants rassemblés à Al-Hoceïma

Selon plusieurs médias marocains et des témoins présents sur place, les forces de l’ordre marocaine ont commencé à disperser le rassemblement qui commençait à se former dans les rues d’Al-Hoceïma, épicentre depuis plusieurs mois de la contestation dans le Rif marocain. Les policiers usent de gaz lacrymogènes pour disperser la foule.


18h30 – Maroc : une manifestation interdite par les autorités à Al Hoceïma commence à se former

À Al Hoceïma, une manifestation interdite par les autorités commence tout doucement à se former à 17 heures 30. Des milliers de personnes se regroupent pour essayer d’accéder à la Place des Martyrs, lieu où se rassemblent les militants du « Hirak », mouvement de mécontentement populaire qui dure depuis plusieurs semaines. Toute la journée, les autorités ont tenté de juguler les attroupements. Pour contourner de nombreux barrages policiers aux alentours de la ville, des manifestants sont passés à pied par les montagnes avoisinantes et certains seraient même arrivés par bateau.


18h – Sénégal : une série de violences émaille la campagne électorale

Ces derniers jours, des violences ont éclaté à Dakar et dans ses environs en marge de la campagne électorale pour les législatives du 30 juillet, suscitant l’indignation des différents responsables politiques sénégalais.


17h30 – Côte d’Ivoire : un membre des forces de l’ordre tué dans les échanges de tirs de mercredi soir à Yopougon

Le bilan officiel fait état d’un mort dans les rangs du Centre de coordination des décisions opérationnelles après des échanges de tirs à Yopougon dans la nuit de mercredi à jeudi.


16h30 – Nigeria : 33 morts dans des affrontements entre éleveurs et agriculteurs

Au moins 33 personnes ont perdu la vie dans des affrontements entre des éleveurs de bovins et des agriculteurs de l’État de Kaduna au nord du Nigeria. Les troubles qui ont duré deux jours avaient débuté dimanche dans le village de Kajuru, à 50 kilomètres de la ville de Kaduna.


16h – RDC : le procès de Moïse Katumbi reporté et relocalisé à Kinshasa

Au lendemain de son ouverture à Lubumbashi, sur fond de pressions présumées contre les juges, le procès en appel de Moïse Katumbi dans l’affaire de spoliation a été transféré jeudi à la Cour constitutionnelle de la RDC, seule instance compétente pour examiner l’exception d’inconstitutionnalité soulevée par la défense.


15h50 – Nigeria : l’ex-ministre du pétrole se fait confisquer une luxueuse propriété par la justice

La justice nigériane a ordonné la confiscation d’un immeuble appartenant à Diezani Alison-Madueke, qui fut la ministre du Pétrole de Goodluck Jonathan de 2010 à 2015. La propriété en question, un ensemble d’appartements de luxe situé sur Banana Island, quartier très chic de Lagos, est estimée à 37,5 millions de dollars. Les juges nigérians soupçonnent l’ex-ministre – actuellement en liberté sous caution à Londres – d’avoir financé l’achat de ces biens par le biais de détournements de fonds publics. Outre la confiscation de l’immeuble, la justice a ordonné la saisie de 2,9 millions de dollars, suite à une requête de l’agence anti-corruption, la Commission des crimes économiques et financiers (EFCC). Le nom de l’ancienne ministre apparaît également dans une plainte pour corruption visant deux nigérians aux États-Unis et dans une enquête actuellement en cours en Italie sur un contrat de 1,1 milliard d’euros liant le Nigeria à Shell et ENI.


13h20 – Belgique : l’ex dirigeant de « Sharia4Belgium » débouté par la CEDH

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a rejeté le recours de Fouad Belkacem, ressortissant belge d’origine marocaine dirigeant de Sharia4Belgium, un mouvement islamiste radical dissout en 2012 par les autorités belges. Actuellement incarcéré depuis 4 ans, il purge une peine de 12 ans de prison après avoir été reconnu coupable de diriger une organisation terroriste. Il avait saisi la CEDH sur une autre condamnation pour « incitation publique à la discrimination, à la violence et à la haine », suite à des vidéos dans lesquelles il appelait notamment à « dominer » les non-musulmans et  à « leur donner une leçon et à les combattre ».

Les sept juges de la CEDH qui ont statué ont estimé que le dirigeant islamiste tentait d’instrumentaliser l’institution. « Une attaque aussi générale et véhémente est en contradiction avec les valeurs de tolérance, de paix sociale et de non-discrimination qui sous-tendent la Convention européenne des droits de l’homme », écrivent les juges dans leur jugement.


13h – RDC : l’ouverture du procès de Katumbi émaillée de soupçons de pressions politiques

Le procès en appel de Moïse Katumbi s’est ouvert mercredi 19 juillet à Lubumbashi, dans le sud de la RD Congo. Au menu : une affaire de spoliation, mais aussi des pressions présumées sur les juges, dénoncées par le camp de l’ex-gouverneur.

⇒ À lire : Katumbi face à la justice : second round sur le ring (toujours) politico-judiciaire


11h20 – Tunisie : le film Wonder Woman interdit en salles.

Après avoir suspendu début juin la diffusion du blockbuster, la justice s’est finalement prononcée pour une interdiction pure et simple. En cause : la présence à l’écran de l’Israélienne Gal Gadot, qui avait défendu à l’été 2014 sur Facebook l’offensive meurtrière de l’Etat hébreu sur Gaza. L’affaire avait alors divisé l’opinion publique tunisienne entre les tenants de l’interdiction pour dire « non à la normalisation » des relations avec Israël et ceux jugeant qu’un appel au boycott aurait été plus approprié.


10h – Côte d’Ivoire : retour au calme après des tirs à l’école de police d’Abidjan

Des tirs ont retenti mercredi 19 juillet dans la soirée aux abords de l’école de police de Cocody, à Abidjan, où des hommes en armes ont confisqué des véhicules. Alors que la situation semblait revenir à la normale aux alentours de minuit à Cocody, des tirs ont également été entendus à Yopougon. Les motivations de ces hommes restaient inconnues mercredi soir.


9h45 – RDC : inquiétudes dans le Nord-Kivu après l’annonce de la fermeture de cinq bases de la Monusco

La Monusco a annoncé mercredi la fermeture d’ici fin juillet de cinq de ses bases fixes au Nord-Kivu, dans l’est de la RD Congo. Selon la Monusco, ce nouveau dispositif opérationnel ne serait justifié que pour des raisons d’efficacité. Côté société civile, c’est l’inquiétude. « Plusieurs ONG du Nord-Kivu estiment en effet que la Monusco ne devrait pas fermer ses bases fixes dans ces zones », soutient Juvénal Munubo, élu de Walikale, l’un des trois territoires concernés, qui dit « joindre sa voix à celle des militants de la société civile locale ».


9h30 – Notre sélection des 10 infos à connaître pour débuter la journée, c’est ici : JA, la newsletter du 20 juillet.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici