Fermer

Burkina Faso et Côte d’Ivoire s’affichent en alliés face au terrorisme

Par Jeune Afrique avec AFP

Une photo diffusée sur le compte Twitter de la présidence ivoirienne montrant les présidents ivoirien et burkinabè, à Ouagadougou, ce mardi 18 juillet 2017. © DR / Présidence Côte d'Ivoire

Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré et le président ivoirien Alassane Ouattara ont affirmé vouloir lutter « ensemble » contre le terrorisme.

Les deux chefs d’État ont joué sur la même gamme. Deux discours, pour un seul et même message, que les deux hommes ont tenu à faire passer à l’occasion du lancement du sommet du  6e traité de l’amitié et de la coopération entre les deux pays, à Ouagadougou, ce mardi 18 juillet 2017 : les deux pays, tous deux frappés par le terrorisme, entendent mener « ensemble » la lutte contre le terrorisme.

L’attaque jihadiste qui a frappé la Côte d’Ivoire à Grand-Bassam en mars 2016, faisant 19 morts le 13 mars 2016, est encore dans toutes les mémoires. Le Burkina Faso, membre du G5 Sahel, est pour sa part confronté de manière récurrente à la menace terroriste. Les attaques dans le centre de la capitale burkinabè en janvier 2016 ont fait 30 victimes. Depuis, les incursions et attaques attribuées à des jihadistes sont récurentes au Burkina Faso.

« Gagner le combat contre le terrorisme »

« Nous devons faire face ensemble à la question de l’immigration illégale, du terrorisme, de la criminalité transnationale ainsi qu’aux défis du réchauffement climatique », a déclaré le président ivoirien, Alassane Ouattara dans son discours, cité par l’AFP.

« Il est important et urgent d’œuvrer à dissiper le climat d’insécurité qui fait peser de graves menaces sur nos efforts de développement », a pour sa part affirmé son homologue burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré. « Nous devons gagner le combat contre le terrorisme, la criminalité transfrontalière organisée, les trafics de tous genres et toutes les formes d’extrémisme. »

Ce « TAC VI », pour reprendre la dénomination attribuée à ce 6e sommet du Traité d’amitié et de coopération entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire a été qualifié de « forme achevée de la coopération Sud-Sud », par le président ivoirien Alassane Ouattara. Il a par ailleurs été marqué par la tenue d’un conseil conjoint des ministres qui a débouché sur la signature de plusieurs accords de coopération, notamment sur la fourniture d’électricité ivoirienne au Burkina et la prolongation de la ligne de chemin de fer qui relie les deux pays. La question de la délimitation de la frontière a également été à l’ordre du jour.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro