Fermer

Madagascar : l’incorruptible ministre des Finances jette l’éponge

Par Jeune Afrique avec AFP

Dans les rues d'Antananarivo, la capitale de Madagascar. © Doug Knuth / Creative Commons / Flickr

En poste depuis janvier 2015, Gervais Rakotoarimanana, le ministre malgache des Finances, a annoncé ce lundi sa démission, « faute de soutien » de la part du gouvernement. La présidence malgache a annoncé que Mme Vonintsalama Andriambololona prendra sa suite.

Une différence « de vision et de manière de travailler » avec l’exécutif, a évoqué sans plus de précisions Gervais Rakotoarimanana, pour expliquer son départ du gouvernement. « Les conditions pour amener des changements ne sont pas remplies, donc j’ai remis à monsieur le président de la République [Hery Rajaonarimampianina, NDLR], le vendredi 14 juillet, ma démission du poste de ministre des Finances et du Budget », a-t-il ainsi déclaré lors d’une conférence de presse à Antananarivo.

Lors de son allocution, il a également affirmé vouloir défendre les valeurs de « transparence, légalité dans le travail, respect et défense des intérêts communs de tous les compatriotes ».

« Gestion approximative des finances publiques »

Selon l’analyste Serge Zafimahova, membre de l’association Comité éthique et développement (CED), Gervais Rakotoarimanana « a le sens de l’orthodoxie budgétaire, alors que le reste des membres du gouvernement ont une gestion approximative des finances publiques ».

Son intransigeance, qui ne semblait pas au goût de ses pairs au gouvernement selon la presse malgache, l’avait conduit à dénoncer la gestion de deux entreprises publiques, la Jirama (société d’État de production d’eau et d’électricité) et la compagnie aérienne nationale Air Madagascar, rappelle à l’AFP Serge Zafimahova.

Expert-comptable de formation comme le chef de l’État, Gervais Rakotoarimanana avait « acquis la confiance de la communauté internationale », selon Serge Zafimahova. Parmi ses récents succès, il avait réussi fin juin à obtenir un prêt de 86 millions de dollars auprès du FMI.

Une ancienne de la Banque mondiale prend la suite

La présidence malgache a annoncé dans la matinée le nom de la nouvelle ministre des Finances et du Budget. Il s’agit de Vonintsalama Andriambololona, qui fut notamment secrétaire générale de ce ministère (2009-2015). Elle a également été gouverneur suppléante à la Banque mondiale et a présidé les comités de privatisation de plusieurs banques malgaches, selon les informations délivrées par un communiqué de la présidence.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro